Accueil A la une Burkina: le Gouvernement débourse « 14,3 milliards FCFA » pour soulager les consommateurs

Burkina: le Gouvernement débourse « 14,3 milliards FCFA » pour soulager les consommateurs

Echanges entre le Gouvernement et les acteurs de l'économie nationale

Le Gouvernement burkinabè a décidé d’aider les opérateurs économiques avec « 14,3 milliards FCFA » pour contenir l’inflation des produits de grande consommation que le pays vit depuis un moment. Cela permettra aux grossistes et détaillants de revoir les prix du riz, sucre et de l’huile à la baisse dans l’urgence pour soulager les consommateurs qui font face déjà à une augmentation de 100 FCFA sur le prix du litre du carburant.

Sous l’égide du Premier ministre Albert Ouédraogo, l’Exécutif et les acteurs de l’économie formelle se sont entendus pour trouver des mécanismes dans le sens de diminuer les prix des produits de première nécessité.

Les produits de grande consommation que sont « le riz, le sucre et l’huile » ont été sélectionnés pour parer au « plus urgent » dans l’optique d’observer « immédiatement » ou « les jours à venir », une diminution des prix de ces trois produits cités, a déclaré à la sortie de la rencontre, le porte-parole du Gouvernement, Wenkouni Lionel Bilgo.

Cela fera en sorte que le Gouvernement « maintienne une baisse de la valeur en Douane de l’ordre de 2,25 milliards FCFA pour ce qui concerne le riz, 3,4 milliards pour ce qui concerne le sucre et 9 milliards FCFA pour l’huile », a-t-il fait noter.

«L’impact global sur le budget de l’Etat est de 14,3 milliards de FCFA. Bien entendu, cette baisse de droit de Douane va permettre à l’ensemble des importateurs d’impacter sur le prix en interne et ce qui va permettre une réduction du coût de ces denrées », a soutenu Lionel Bilgo.

En plus de cela, la rencontre a permis également « la suspension de l’obligation de fournir le certificat d’assurance de droit de marchandises avant émission de la déclaration et à l’importation, ce qu’on appelle régulièrement la TPI », a poursuivi M. Bilgo qui a ajouté qu’une « concertation entre les acteurs est en cours afin de trouver une solution consensuelle».

«Il y a également le contrôle des lieux de stockage des céréales locales afin d’inciter ceux qui entreposent ces céréales-là à les mettre à la disposition de la population pour ne pas créer une inflation mécanique du fait de la retenue de ces céréales », a-t-il continué avant de dire que des mesures ont été aussi prises concernant les boulangeries.

Les acteurs économiques et le Gouvernement ont pris une mesure pour « le maintien du prix de la baguette à 150F », a signifié Lionel Bilgo qui a souligné que par ailleurs, « on observera une baisse du poids à 160 grammes » contre 200 grammes.

Lors de cette réunion, les différents acteurs de l’économie et l’Exécutif ont décidé aussi de prendre en charge « directement les factures d’eau et d’électricité pour un montant maximum de 150 000 FCFA par mois par boulangerie » et pour les entreprises qui ont « une fiche fiscale » et cela sur une période de trois mois.

A l’issue de cette période, les acteurs se rencontreront à nouveau pour aviser sur l’ensemble des mesures arrêtées ce jour de commun accord.

Le Gouvernement a salué « le patriotisme » des uns et des autres qui a prévalu lors de cette rencontre où chacun « a concédé » quelque chose pour un Burkina Faso gagnant et résilient, a relevé Lionel Bilgo qui a aussi évoqué la mise en place d’une ligne de crédit de 5 milliards FCFA.

Les acteurs du privé et les responsables de Ligue des consommateurs qui étaient aussi partie prenante à cette rencontre ont tous salué les solutions proposées et promettent chacun de s’y mettre pour sensibiliser les commerçants et les consommateurs afin que cette période de vie chère soit contenue dans la limite de l’acceptable.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire