Accueil A la une Burkina: le parti de Blaise Compaoré tiendra « bel et bien son 8e...

Burkina: le parti de Blaise Compaoré tiendra « bel et bien son 8e congrès » (Achille Tapsoba)

Les responsables de l'aile historique du CDP

Les dissidents du parti de l’ex-président Blaise Compaoré qui se réclament de « l’aile historique » du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ont affirmé avec force que « le huitième congrès » de leur formation politique se tiendra « bel et bien » conformément à la volonté de son fondateur, face aux journalistes le mercredi 29 juin 2022 à Ouagadougou.

L’aile historique du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP) dirigée par Joseph Marie Achille Tapsoba a animé le mercredi une conférence de presse pour se prononcer sur les préoccupations majeures de la Nation.

«Le huitième congrès tel que le président d’honneur (Blaise Compaoré) l’a prévu aura bel et bien lieu. Et nous allons l’organiser conformément à la législation et la réglementation nationale et interne en vigueur », a lancé Achille Tapsoba qui se présente comme le président par intérim du CDP.

Les contestataires du président actuel du CDP, Eddie Komboïgo, considéré comme le leader de « l’aile futuriste » du parti de Blaise Compaoré disent être « engagés pour le Burkina et non pour les ambitions personnelles d’un individu ». « Le CDP s’engage avec ou sans Eddie (Komboïgo) pour le Burkina », a martelé M. Tapsoba, considérant la convocation du 8e congrès ayant consacré M. Komboïgo à la tête du CDP, « irrégulière et anti-statutaire ».

Pour l’aile historique du CDP, la récréation au sein de leur parti est terminée à la suite de la missive du fondateur du parti, contestée par Eddie Komboïgo parce qu’elle ne serait pas de Blaise Compaoré. C’est pourquoi, l’aile historique a lancé « un appel à tous les militants actifs, restés en réserve, inactifs et les démissionnaires qui désirent faire leur come-back à la maison de se mobiliser et prendre en main le destin de leur parti », a soutenu M. Tapsoba.

Sur le contexte national, pour l’aile historique du CDP, il reste préoccupant au plan sécuritaire. « Au Burkina Faso, au contraire des déclarations d’un pessimisme pathétique et tout en reconnaissant que les dernières attaques terroristes particulièrement celle de Seytenga ont ébranlé la Nation toute entière par son caractère inhumain et génocidaire, nous renouvelons notre confiance, notre soutien indéfectible à nos Volontaires pour la Défense de la patrie et nos braves combattants », a déclaré Achille Tapsoba.

Les conférenciers disent également apprécier « positivement » les nouvelles mesures prises par le Conseil supérieur de la Défense nationale (CSDN) tenu le 21 juin dont la délimitation des Zones d’Intérêts Militaires (ZIM) pour anéantir les actions du terrorisme.

Les conférenciers du jour disent aussi rester fermement attachés à la réconciliation nationale et à la cohésion sociale. Ils ont «apprécié à sa juste valeur la récente rencontre des anciens présidents Jean-Baptiste Ouédraogo et Roch Marc Christian Kaboré avec le président Paul-Henri Sandaogo Damiba, un acte fécond pour la réconciliation des Burkinabè ».

Ils ont également encouragé le président Damiba à poursuivre dans ce sens pour impliquer tous les anciens chefs d’Etat que sont Blaise Compaoré, Yacouba Isaac Zida et Michel Kafando. Dans le même ordre d’idée, l’aile historique du CDP a appelé au retour de tous les exilés politiques et à la libération des prisonniers de fait en politique.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire