Accueil Economie Burkina: le secteur minier contribue à hauteur de 266 milliards francs CFA...

Burkina: le secteur minier contribue à hauteur de 266 milliards francs CFA aux recettes budgétaires (ministre des Mines)

856
0
Le ministre des Mines et des Carrières, Oumarou Idani

Le ministre burkinabè des Mines et des Carrières, Oumarou Idani, a affirmé ce vendredi 3 mars 2019, que « la progression d’or et de zinc a considérablement augmenté de 2014 à 2018 », lors d’une conférence de presse à Ouagadougou. Le secteur minier contribue à hauteur de 266 milliards francs CFA aux recettes budgétaires, 1 540 milliards FCFA de recettes d’exploitation et 11,4% à la formation du Produit intérieur Brut (PIB), a en croire M. Idani.

Le secteur des Mines et des Carrières est déterminant dans le processus de transformation structurelle de l’économie burkinabè. C’est pourquoi, il est le plus souvent l’objet d’attentes et d’interpellations, selon Oumarou Idani qui a rappelé qu’il est arrivé à la tête de ce département le 20 février 2017. Dans l’ensemble, les activités minières se portent bien au Burkina après que le gouvernement a élaboré une politique sectorielle de transformation industrielle et artisanale (TIA) à travers une stratégie pour la période 2017-2026 en vue de développer le secteur, a-t-il expliqué.

« Les réformes conduites sont porteuses de performances. La production d’or et de zinc a considérablement augmenté. La production d’or est en progression importante depuis ces cinq dernières années », a indiqué le ministre des Mines qui a précisé que le Burkina a enregistré « 32 tonnes en 2014 ; 32,5 tonnes en 2015 ; 38,5 tonnes en 2016 ; 45,6 tonnes en 2017 et 52,622 tonnes en 2018 ». L’ambition du gouvernement est de franchir la barre symbolique des « 60 tonnes en 2019 », a-t-il ajouté.

Pour l’année 2018, la production du zinc s’établit à « 165 000 tonnes et connait une légère progression de 0,5% par rapport à 2017 », a fait remarquer le ministre qui a aussi noté la contribution de son département dans le maillon de la fourniture locale de service ou le secteur a insufflé un « dynamisme à des entreprises locales actives dans les domaines des produits agro-alimentaires, des BTP, du transport et des hydrocarbures ».

Les retombées sociales du secteur sont également perceptibles : « 9 200 emplois directs et 26 000 emplois indirects en fin 2018 dans le sous-secteur industriel ». Quant au sous-secteur artisanal, il est une source principale de revenus pour 1 500 000 personnes avec une production annuelle d’environ 10 tonnes », a aussi souligné M. Idani.

Des textes rendant plus attractif le secteur minier, renforçant la gouvernance et impliquant davantage les populations riveraines en vue d’une gestion plus apaisée des ressources ont été adoptés. « Au total, 16 décrets et 18 arrêtés ont été adoptés pour permettre l’application du Code minier et deux nouvelles lois adoptées respectivement en 2017 et en 2018 », a souligné le ministre Oumarou Idani, notant que les recommandations de l’enquête parlementaire réalisée en 2016 sur le secteur minier « ont été mises en œuvre à 77% ».

En ce qui concerne le Fonds minier de développement local dont l’application a été décriée tout dernièrement par les maires des communes minières, le ministre a signifié qu’il connait « un niveau d’opérationnalisation très avancé. Son alimentation a été effective pour 2018 ». A la date du 28 mars 2019, les sociétés minières « ont procédé au paiement effectif de 1 819 813 956 francs CFA. Quant à l’Etat ; il a donné une contribution de deux milliards FCFA », a détaillé M. Idani, annonçant que dans les jours à venir, « il sera procédé conformément à la réglementation, à une répartition du fonds et au versement des montants dus aux communes déjà invitées à disposer de comptes spéciaux ».

Le fonds de réhabilitation et de fermeture des mines industrielles « est alimenté par les compagnies minières à hauteur de 34 880 000 000 FCFA à la date d’hier », a-t-il poursuivi tout en ajoutant que le fonds dédié à la formation et à la recherche dans les sciences de la terre connait, à ce jour, « un solde de 9 518 175 639 FCFA à répartir entre quatre » autres fonds.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire