Accueil A la une Burkina: les 7 conditions de Damiba avant sa démission

Burkina: les 7 conditions de Damiba avant sa démission

Le président du Faso auprès de ses troupes (Ph. Présidence du Faso)

Par le biais de cette déclaration, datant de ce dimanche, sur la situation nationale, les faitières des communautés religieuses et coutumières révèlent les sept conditions mises dans la balance par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba qui a «proposé lui-même sa démission» de ses fonctions de président du Faso. Le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba a donc finalement démissionné suite à une médiation conduite par les leaders coutumiers et religieux. Mais avant de rendre le tablier, le tombeur de Roch Kaboré a posé sept conditions qui ont été acceptées par le Capitaine Ibrahim Traoré, qui assure désormais l’expédition des affaires courantes du pays en attendant la désignation d’un nouveau président par les forces vives de la Nation.

DECLARATION DES FAITIERES DES COMMUNAUTES RELIGIEUSES ET COUTUMIERES SUR LA SITUATION NATIONALE

Notre cher pays le Burkina Faso vit des moments d’incertitudes.

En ces moments difficiles où il y a un risque d’escalades aux conséquences dramatiques, les communautés religieuses et coutumières ont été amenées à effectuer une médiation entre les belligérants.

Suite aux actions de médiation menées par lesdites communautés, le Président Paul-Henri Sandaogo DAMIBA a proposé lui-même sa démission afin d’éviter des affrontements aux conséquences humaines et matérielles graves.

Le Président DAMIBA a posé sept conditions :

1. La poursuite des activités opérationnelles sur le terrain;

2. La garantie de la sécurité et de la non-poursuite des FDS engagés à ses côtés;

3. La poursuite du renforcement de la cohésion au sein des FDS;

4. La poursuite de la réconciliation nationale;

5. Le respect des engagements pris avec la CEDEAO;

6. La poursuite de la réforme de l’Etat;

7. La garantie de sa sécurité et de ses droits, ainsi que ceux de ses collaborateurs.

Le Président du MPSR le Capitaine Ibrahim TRAORE a accepté ces sept conditions.

Les autorités coutumières et religieuses invitent la population au calme, à la retenue et à la prière pour notre chère patrie le Burkina Faso.

FAIT A OUAGADOUGOU LE 02 OCTOBRE 2022

Laisser un commentaire