Accueil Economie Burkina: Les agents du trésor prolongent leur grève

Burkina: Les agents du trésor prolongent leur grève

Le Syndicat des Agents du Trésor du Burkina (SATB) ont décidé de prolonger leur grève illimitée jusqu’au 29 mai pour exiger sur les 19 points de leur plate-forme revendicative, au moins la satisfaction du « statut autonome », ont indiqué ses responsables lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi 17 à la Bourse du Travail à Ouagadougou.

Les travailleurs du trésor burkinabè se disent mécontents des autorités au pouvoir, notamment du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Remis Fulgance Dandjinou, qu’ils accusent de les livrer à la « vindicte populaire » à la suite médiatique du 10 mai 2017 sur la situation des négociations entre le SATB et l’exécutif.

Remis Dandjinou « a fait savoir à l’opinion publique que la négociation avec le SATB avait abouti à 16 points d’accord sur un total de 19 points contenus dans notre plate-forme revendicative minimale », a situé le secrétaire général du SATB Séini Koanda, notant qu’en guise de réponse à cette sortie « hasardeuse », son organisation s’est adressée au Premier ministre Paul Kaba Thiéba pour lui faire savoir qu’elle ne « se reconnaissait pas dans cette information avant de lui signifier son indignation vis-à-vis de tels agissements».

Depuis le 8 mai, les militants du SATB observent un arrêt de travail pour réclamer de meilleures conditions de travail et de vie. Ils demandent notamment sur la satisfaction des 19 points soumis au gouvernement, notamment, le statut autonome qui est « non négociable avant toute reprise probable du travail », a déclaré avec fermeté Séini Koanda.

Le SATB qui s’est dit conscient de la situation économique des Burkinabè, a, conformément aux conclusions des assemblées générales extraordinaires tenues par ses 15 sections locales, décidé de prendre attache avec l’administration pour la « mise en place exceptionnelle d’un dispositif pour ne gérer rien que les opérations ayant trait au paiement des salaires, des pensions et des pécules du mois de mai », a rassuré son secrétaire général.

A la question de savoir pourquoi le SATB qui a acquis déjà des « avancées » à la suite de négociations qui sont toujours en cours, ne reprend pas le travail, M. Koanda a répondu que sa structure syndicale n’avait pas confiance aux autorités. Elles « ne jouent pas franc jeu lors des débats de négociations », a-t-il précisé.

En plus du statut autonome, le SATB exige également la satisfaction sans condition et sans délai « du régime indemnitaire, du relèvement du taux applicable la motivation des agents et de la relecture de la loi existante sur les primes de rendement ».

Les responsables du SATB disent avoir déposé leur plate-forme revendicative qui fait au total 31 points depuis août 2016. Le débrayage « est bien suivi » dans toutes les directions que compte le Burkina de même qu’au niveau de ses représentations diplomatiques.

Le  Burkina compte environ 2 500 à 3 000 agents du trésor.

Mathias BAZIE

Laisser un commentaire