Accueil A la une Burkina: les bons points de L’Africaine des travaux publics

Burkina: les bons points de L’Africaine des travaux publics

1427
0
Mahamadi Savadogo dit Kadafi (à gauche) a été reçu par le président bissau-guinéen, Umaru Sissoco Emballo

L’Africaine des Travaux Publics (ATP), une entreprise qui a pignon sur rue, au Burkina et sur le reste du continent africain, continue de consolider sa réputation sur l’échiquier des sociétés pour lesquelles la qualité du service est la seule raison d’être, à en croire son Président directeur général, par ailleurs président de la Chambre de Commerce et des Industries du Burkina Faso (CCI-BF), Mahamadi Savadogo dit Kadhafi. Sur le terrain, les réalisations de L’ATP ne se comptent plus, à l’instar de l’axe Manga-Gogo-Gomboussougou-Zabré-Frontière du Ghana, long de 79 kilomètres, que cette structure a revêtu au grand bonheur des populations du Centre-sud.

Lancé officiellement le jeudi 9 novembre 2017 par le président du Faso, Roch Kaboré, le bitumage de la route nationale N°29 est désormais une réalité. Après deux années de travaux, il ne reste plus que les panneaux de signalisation et autres travaux connexes d’embellissement pour parachever l’ouvrage.

En plus du tronçon entièrement revêtu en bicouche, s’ajoute la construction de deux ponts, déjà achevés tout comme le poste de péage, et un poste de pesage et 16 forages positifs en cours de réalisation. C’est dans la même lancée que plus de vingt établissements primaires et secondaires sont clôturés.

«Il y a eu des difficultés de départ. Mais nous savions que ce n’était pas un grand souci car ce sont des problèmes courants qu’on rencontre dans l’exécution de ces genres de travaux. Et donc nous savions que nous allons mener à bien ce chantier», a reconnu Mahamadi Savadogo, fier du travail de son équipe d’experts et d’ouvriers rompus à la tâche. Par la même occasion, les techniciens de l’ATP ont rassuré les uns et les autres de la qualité de cet ouvrage qui respecte, selon eux, «les prescriptions du marché et les closes en termes de qualité».

C’est donc convaincu de cette même exigence de qualité que s’est imposée L’ATP que le ministre burkinabè en charge des Infrastructures a exprimé sa satisfaction. «Pour ce que j’ai vu et parcouru, je félicite vraiment l’entreprise et la mission de contrôle parce que la plateforme semble avoir été réussie puisque nous n’avons pas beaucoup de secousse sur cette route», a affirmé Eric Bougouma. «Le revêtement est de bonne qualité, et il ne faut pas que les transporteurs de sables que nous avons rencontrés, qui font énormément dans la surcharge, dégradent prématurément cette route», a précisé M. Bougouma, le 4 juillet, après une visite du chantier, en début de ce mois de juillet.

Mais la voix qui compte le plus est bien évidemment celle des bénéficiaires qui ont jugé les travaux «satisfaisants» et les ont «appréciés positivement».

D’un coût de plus de 29 milliards francs CFA, ce projet porté par la Banque mondiale (BM) au profit du Burkina Faso, a également pris en compte les ouvrages de franchissements et d’autres réalisations connexes.

Le patron de L’ATP est souvent sur le terrain pour s’assurer de la qualité des travaux

Mais les ambitions du président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF), et PDG de L’ATP sont, entre autres, de vendre l’expertise du Burkina, ailleurs en Afrique et dans le monde. C’est dans cette logique que Mahamadi Savadogo, a été reçu, le jeudi 2 Juillet 2020, par le président Bissau-Guinéen, Umaru Sissoco Embaló.

«J’ai eu l’honneur d’avoir été reçu par le Président de la République de Guinée-Bissau Umaru Sissoco Embaló et nous avons évoqué, dans le cadre des excellentes relations qui lient nos deux pays frères, les questions de développement économique», a révélé le président de la CCI-BF qui a également rencontré son homologue de la Chambre de commerce bissau-guinéenne avec qui il a discuté des opportunités d’affaires entre le Burkina et la Guinée-Bissau.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire