Accueil Société Burkina: les mérites de 170 policiers et cinq civils reconnus

Burkina: les mérites de 170 policiers et cinq civils reconnus

Le ministère burkinabè de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure a reconnu, le jeudi 23 décembre 2021, les mérites de 170 policiers dont des commissaires, des officiers et des sous-officiers et cinq civils, en les faisant récipiendaires de la médaille d’honneur de la Police et de la médaille commémorative.

Ils sont 154 policières et policiers à être décorés, le jeudi 23 décembre 2021, de la médaille d’honneur de la Police et 16 de la médaille commémorative pour leur détermination dans la protection des institutions, des personnes et des biens et le maintien de l’ordre et pour avoir servi le pays dans des missions de maintien de la paix au Mali, Soudan du Sud, Centrafrique, notamment. Cinq civils qui se sont engagés aux côtés de la Police nationale, ont été aussi décorés de la médaille de la police.

Des récipiendaires

Le secrétaire général du ministère de la Sécurité, Edgar Sié Sou, représentant son ministre Maxime Koné, a félicité ces personnes qui, de par leur abnégation au travail, leurs efforts et différents sacrifices consentis, ont été décorées.

Le secrétaire général du ministère de la Sécurité, Edgar Sié Sou

Pour le secrétaire général, «la symbolique est très forte». «Je pense que (cette reconnaissance) c’est un appel à mieux faire dans ce contexte que nous connaissons tous. L’occasion est belle, le prétexte est tout trouvé pour appeler l’ensemble des travailleurs de notre département à se donner davantage et à faire en sorte que nous puissions tous regarder dans la même direction pour les missions qui nous sont assignées», a-t-il souligné.

Le Contrôleur général de police Amadou Djigma

Le Contrôleur général de Police, Amadou Djigma, un des récipiendaires, a, au nom de toutes les personnes dont les mérites ont été reconnus, ce jour, affirmé avoir «une pensée pieuse pour tous les Burkinabè tombés dans ce contexte d’insécurité, pour (leurs) collègues qui sont tombés dans le cadre de ce combat et une pensée d’humilité pour tous (leurs) camarades encore engagés au front pour la sécurisation (du) pays». Il a aussi remercié la hiérarchie pour leur avoir fait l’honneur de reconnaitre leurs mérites «en ce jour extrêmement important pour eux».

«Chacun de nous pense à tous les collègues avec lesquels nous avons travaillé dans différentes missions pour accomplir les objectifs qui nous valent cette distinction aujourd’hui», a fait savoir M. Djigma qui remercie également les membres de leurs familles respectives qui vivent leurs souffrances au quotidien et qui sont souvent privés de leur présence.

L’Adjudant de police Anatole Soubeiga

L’Adjudant de police, Anatole Soubeiga, a été décoré de la médaille commémorative, une médaille décernée aux policiers qui ont servi au nom du pays dans des missions des Nations Unies ou de l’Union africaine. Il a servi au Soudan du Sud dans une mission des Nations Unies. Il avait été décoré par les Nations Unies, pour la même mission de maintien de la paix, effectuée durant deux années au Soudan du Sud. Ce jeudi 23 décembre 2021, en plus de la médaille commémorative, il reçoit une médaille d’honneur de la police. Il a exprimé sa joie de voir que ses efforts sont reconnus au haut niveau.

La médaille commémorative «je la décerne à tous mes collègues qui sont actuellement sur les théâtres d’opération dans le système des Nations Unies (…) et d’autres qui sont de retour avec moi. Je la décerne aussi à nos familles qui ont subi des privations du fait de notre absence durant toute cette longue période», a déclaré l’adjudant de police, Soubeiga.

Moumounou Gnankambary, ancien conseiller du ministère burkinabè des Finances et actuellement en disponibilité pour servir la République démocratique du Congo

Pour Moumounou Gnankambary, ancien conseiller du ministère burkinabè des Finances et actuellement en disponibilité pour servir la République démocratique du Congo, «la reconnaissance de la Nation à travers une décoration à l’un de ses fils ou l’une de ses filles est une fierté». «C’est avec fierté que j’arbore cette médaille d’honneur de la police», a poursuivi M. Gnankambary. De par les fonctions qu’il a exercées, il a eu par moment à contribuer à certaines avancées au titre de la Police nationale. Il a été proposé à cette décoration par la direction nationale et l’UNAPOL (l’Union Police Nationale). «La Police nationale est une force citoyenne, une force républicaine. C’est à nous tous de faire en sorte que les missions que l’Etat lui a assignées puissent se mener avec notre concours à tous», a-t-il conclu.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire