Accueil A la une Burkina/Lutte contre les attaques: «L’Armée de l’air a acquis de moyens aériens...

Burkina/Lutte contre les attaques: «L’Armée de l’air a acquis de moyens aériens conséquents»

L’Armée de l’air burkinabè «a acquis de moyens aériens conséquents» dans le cadre de la lutte contre les attaques armées, notamment terroristes, a affirmé le colonel Souleymane Ouédraogo qui a officiellement pris la tête du commandement de l’Armée de l’air, ce vendredi 15 octobre 2021, à Ouagadougou.

La passation de charge entre le Chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA) sortant, le colonel-major Gustave Kounsaoma Palenfo, et, son successeur, le colonel Souleymane Ouédraogo, a eu lieu ce vendredi dans la capitale burkinabè à la base aérienne 511.

Après avoir reçu le drapeau national des mains du Chef d’état-major général des Armées (CEMGA), le général de brigade Gilbert Ouédraogo, le nouveau CEMAA, Souleymane Ouédraogo, a signifié que son commandement mettra l’accent sur la rigueur et le professionnalisme, sur la collégialité et la solidarité entre les Armées.

Le CEMGA, le général de brigade Gilbert Ouédraogo remettant le drapeau national au nouveau CEMAA, le colonel Souleymane Ouédraogo

Il a, dans ce sens, indiqué qu’il va mettre les hommes au centre de ses préoccupations car «ce sont eux qui, d’une manière ou d’une autre, font voler» les machines. Selon ses propos, sous son commandement, les aviateurs seront «formés et entraînés avec des moyens adéquats pour faire face aux missions» du corps qui est accusé à tort ou raison, actuellement, de ne pas jouer pleinement sa partition pour la lutte contre les assaillants qui endeuillent le pays.

«Je prends le commandement au moment où notre pays est rudement éprouvé par des attaques terroristes. Les défis à relever sont nombreux, variés et j’ajouterai, glissants parce que nous sommes en guerre. Ces défis sont liés tant aux infrastructures qu’aux équipements et aux ressources humaines», a déclaré le nouveau CEMAA, Souleymane Ouédraogo qui connait déjà la maison puisqu’il était l’adjoint du colonel-major Palenfo depuis le 28 avril 2017.

Le Chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA), le colonel Souleymane Ouédraogo

L’Armée de l’air, «jamais auparavant, n’a enregistré un développement aussi soutenu de ses activités aériennes du fait de l’identification des opérations de lutte contre le terrorisme. Après le Nord et l’Est, les regards sont maintenant tournés vers le Sud et l’Ouest du territoire où les barbaries des groupes terroristes se manifestent», a soutenu le colonel Ouédraogo qui a rassuré que pour faire face à ce fléau, «l’Armée de l’air a acquis de moyens aériens conséquents, permettant de soutenir au mieux les opérations de lutte contre le terrorisme».

Pour le nouveau CEMAA, il lui appartient «aujourd’hui de veiller à préserver les acquis et de travailler à atteindre les objectifs qui (lui) sont assignés dont la principale mission en ce moment est l’appui aux troupes terrestres».

Une vue des officiers invités à la cérémonie de passation de commandement à la base aérienne 511

«Je voudrais tout particulièrement remercier le colonel-major Kounsaouma Palenfo, saluer son leadership qui m’a permis d’être imprégné de toutes les grandes décisions sur la vie de l’Armée de l’air. Je veillerais avec l’aide de mes collaborateurs à poursuivre votre plan de développement de l’Armée de l’air pour l’édification d’une Armée de l’air plus réactive et efficace», a-t-il adressé au colonel-major Gustave Kounsaouma Palenfo.

Le chef du commandement de l’Armée de l’air a dit qu’il mettra «tout en œuvre pour bâtir une Armée de l’air compétente, efficace au service du peuple burkinabè». Au personnel de l’Armée de l’air, il a dit compter sur les hommes qu’il a invité à continuer et à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Le colonel Souleymane qui était jusque-là chef-adjoint du commandement de l’Armée de l’air, a été nommé le 6 octobre 2021. Pilote commandant de bord, instructeur, le colonel Souleymane Ouédraogo totalise 3 400 heures de vol et est qualifié sur 15 types d’aéronefs différents.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire