Accueil Economie Burkina/Maroc: une convention pour le développement des énergies renouvelables

Burkina/Maroc: une convention pour le développement des énergies renouvelables

568
0

Le Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO, ministre de l’Energie a effectué, du 07 au 09 juin 2018, sur invitation du Président de l’agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN) et Président du Conseil Régional de Casablanca-Settat Mustapha Bakkoury, une mission officielle au Royaume chérifien. L’objectif majeur de ce voyage était de s’imprégner de l’expérience marocaine dans le développement des énergies renouvelables en vue de réussir la transition énergétique en cours au Burkina Faso. Des séances de travail et visites de terrain ont ponctué le séjour du ministre, sanctionné par la signature d’une convention cadre de coopération entre les deux pays. Par cet acte officiel le Burkina Faso et le Maroc se sont engagés à fédérer leurs efforts pour un développement harmonieux et durable des énergies renouvelables dans leur pays respectifs.

La convention cadre de coopération pour le développement des énergies renouvelables signée le vendredi 08 juin 2018 par le Burkina Faso, représenté par son ministre de l’Energie  et le Maroc, à travers l’agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), vise à renforcer le partenariat déjà existant, notamment en matière d’échanges d’informations, d’expertise, d’expériences et de savoir-faire dans le domaine des énergies renouvelables. Cette signature vient à son heure au regard des similitudes des deux pays en matière d’énergie. En effet, le Burkina Faso et le Maroc ne produisent presque pas d’hydrocarbures. Le Maroc a, pendant de longues années, importé 95 % de l’énergie tandis que le Burkina Faso continue l’importation de près de 35% de son énergie avec notamment la Côte d’Ivoire et bientôt le Ghana. Mais, il y’a une dizaine d’années le royaume chérifien s’est résolument engagé dans un vaste programme de diversification de son bouquet énergétique avec une production de 9 000 MW,  et une couverture totale de son territoire.

Le Maroc a réussi à opérer une véritable révolution énergétique qui fait de lui aujourd’hui le premier pays africain en matière d’énergies renouvelables. Les secrets de ce succès éclatant sont l’installation de grandes centrales solaires avec des technologies diverses comme celles de NOOR Ouarzazate prévu cumulés à terme plus 500 MW, de grands parc éoliens et hydroélectriques et la formation. Et en Saint Thomas, le Ministre de l’énergie, expert en la matière, a tenu à visiter toutes les institutions dont la mise en place ont permis la réalisation de cette politique énergétique réussie du Maroc. Ainsi à Rabat il a visité tour à tour l’Office national de l’Eau et l’Energie (ONEE) où il a eu une séance de travail avec son directeur général M. Abderrahim EL Hafidi et le siège de MASEN où il a échangé avec le staff conduit par M Amrane.

Le ministre Ouédraogo a également visité l’Agence marocaine pour l’Efficacité énergétique (AMEE) sous la houlette du directeur général Said Moulime. Le ballet des audiences s’est poursuivi avec une séance de travail avec la Secrétaire d’Etat chargée du développement durable, Nezha EL OUAFI, représentant le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, en mission. Et enfin, Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO a eu une séance de travail avec la directrice générale du Cluster solaire, Fatima Zahra El Khalifa, afin de mieux appréhender la stratégie de financement des projets dans le domaine du renouvelable.

Toutes ces séances de travail ont porté essentiellement sur le rôle et l’expérience de chacune de ces structures dans la mise en œuvre de la politique énergétique du Maroc.  « Je suis édifié par tout ce que j’ai vu et entendu. Le Maroc est une belle expérience en matière de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Nous sommes venus constater et nous inspirer de ces solutions africaines aux problèmes africains que ce pays frère a pu développer en l’espace d’une décennie », a confié le Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO, au terme de son séjour.

Le Burkina Faso et le Maroc, un exemple de coopération sud-sud

L’audience au Ministère de l’énergie, des mines et du développement durable a été l’occasion pour le Dr Bachir Ismael OUEDRAOGO de magnifier l’excellence des relations qui existent entre le Burkina Faso et le Maroc sous l’impulsion de sa Majesté le roi Mohammed VI du Maroc notamment dans les domaines de la formation, la santé, l’agriculture, la culture… Le Ministre a salué la vision de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE qui a résolument engagé le pays sur la voie de l’autonomisation énergétique à travers le développement des énergies renouvelables et la promotion de l’efficacité énergétique.

dav

Il s’est réjoui du partenariat avec MASEN qui nous permettra de bénéficier de son expertise dans ces deux domaines sus-cités. Pour le Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO l’énergie est au carrefour de tous les secteurs et il convient de changer les paradigmes pour faire en sorte qu’elle ait une fonction productive. Faisant ressortir le lien étroit qui existe entre l’énergie et le développement, le Ministre indique « Plus de 80% de nos populations vivent de l’agriculture et de l’élevage. L’énergie que nous produisons doit pouvoir améliorer notre confort tout en permettant à ces populations de booster leurs activités qui contribuent au développement de notre pays.».

Le complexe NOOR Ouarzazate, une fierté africaine en matière d’énergies renouvelables

L’un des points saillants du voyage du Dr Bachir Ismaël OUEDRAOGO au Maroc a été la visite du complexe solaire NOOR Ourazazate situé à plus de 700km de Rabat, la capitale politique du pays.  Etendu sur plus de 3.000 hectares, NOOR Ouarzazate a une capacité de 160 MW. Ce gigantesque investissement de 2 milliards d’euros, l’un des plus grands du monde, porte fièrement son nom. En effet « Noor » signifie « Lumière » en arabe. C’est un complexe constitué de quatre centrales solaires multi-technologiques, développées en total respect des normes internationales, tant au niveau technologique qu’environnemental. Ces quatre unités feront de Noor Ouarzazate le plus grand site de production solaire multi technologique au monde avec une capacité totale de 580 MW.

Toute chose qui permettra au pays de réaliser son ambition de produire 42% d’énergies renouvelables en 2020 et 52% en 2030. Le ministre Bachir Ismaël OUEDRAOGO s’est dit émerveillé par la taille et la qualité de l’investissement. Il a fortement apprécié cette performance du Maroc qui constitue une fierté africaine. Il a enfin souhaité que, dans le cadre de la convention cadre de coopération, un transfert de technologie se fasse entre  MASEN et le Burkina Faso, en vue d’assurer une énergie de qualité et à moindre coût aux populations des deux pays.

Laisser un commentaire