Accueil A la une Christian Yoka de l’AFD: «L’aide n’a pas la prétention à elle seule...

Christian Yoka de l’AFD: «L’aide n’a pas la prétention à elle seule de résoudre tous les maux d’un pays»

Christian Yoka directeur Afrique de l’AFD

Le directeur Afrique de l’Agence française de développement (AFD), Christian Yoka, présent au Burkina Faso, a visité des réalisations financées par son institution. «A travers ces interventions nous faisons acte de solidarité et le financement que nous apportons ont une seule finalité, c’est d’investir dans l’avenir», a-t-il dit, face à la presse le samedi 30 octobre 2021, mais soutenant que «l’aide n’a pas la prétention à elle toute seule de résoudre tous les maux d’un pays». C’est son tout premier déplacement au Sahel, depuis qu’il a pris la tête du département Afrique de l’ADF en septembre 2021.

A la suite de ses visites terrains pour voir les réalisations faites grâce aux financements de son institution, le directeur Afrique de l’Agence française de développement (AFD), Christian Yoka a rencontré les femmes et hommes de médias burkinabè autour d’un déjeuner de presse, le samedi 30 octobre 2021. L’objectif étant de revenir sur le motif de son déplacement et de parler des actions de l’AFD.

Des premiers responsables de l’AFD

«Le Sahel est une zone géographique d’intervention prioritaire et le Burkina Faso fait partie de ces pays sur lesquels nos montants d’investissements ont considérablement accru», a affirmé M. Yoka signifiant qu’«il était donc important» pour lui d’effectuer cette visite au Sahel qui a débuté par le pays des Hommes intègres.

Parmi les actions de l’AFD au Burkina Faso, il faut noter son intervention à Kaya dans le (Centre-Nord) à travers des financements couvrant plusieurs thématiques afin de répondre aux besoins des populations les plus vulnérables. Il y a, notamment, le projet Burkina Faso Education en Situation d’Urgence (BASE) qui vise à renforcer la scolarisation des enfants affectés par la crise sécuritaire, le financement via l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA) et la Société nationale burkinabè d’électricité (SONABEL) de branchements sociaux pour favoriser l’accès des populations aux services d’électricité et d’eau.

Selon le directeur Afrique de l’AFD, la situation sécuritaire a obligé son institution à s’adapter et à revoir un certain nombre de ses outils pour permettre d’avoir beaucoup plus de réactivité et être aussi présente en zone de conflit, en particulier, en faveur de la population les plus défavoriser.

Revenant sur la polémique sur l’aide, il a soutenu qu’il faut la prendre pour ce qu’elle est. «L’aide est une aide», elle «n’a pas la prétention à elle toute seule de résoudre tous les maux d’un pays. L’aide est une contribution. Nous parlons d’ailleurs de moins en moins d’aide, nous parlons d’investissement solidaire. Faut pas oublier qu’à travers ces interventions nous faisons acte de solidarité et les financements que nous apportons ont une seule finalité, c’est d’investir dans l’avenir», a-t-il fait savoir.

Déjeuner de presse avec l’AFD

Au cours de sa présence au Burkina Faso, en plus d’avoir visité les réalisations faites grâce à la contribution de l’AFD, le directeur Afrique Christian Yoka a été reçu par le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré, qui lui a rappelé les priorités de son gouvernement dans lesquelles s’inscrivent les interventions de cette institution. Ces priorités sont, entre autres, l’emploi des jeunes, l’agriculture, l’eau et l’assainissement, l’énergie et le développement urbain. Il a aussi rencontré le ministre délégué au Budget, Edith Clémence Yaka, des élus, les partenaires au développement et des représentants de la société civile et du secteur privé.

L’AFD est une agence dont les équipes sont engagées dans plus de 4 000 projets sur le terrain, dans 115 pays et dans les territoires en crise, pour les biens communs, notamment, le climat, la biodiversité, la paix, l’égalité femmes-hommes, l’éducation, la santé.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire