Accueil A la une Coronavirus au Burkina: deux nouveaux cas détectés à Banfora et Manga (cellule...

Coronavirus au Burkina: deux nouveaux cas détectés à Banfora et Manga (cellule de réponse)

2028
0
Le Professeur Martial Ouédraogo au parloir

Au 23 mars 2020, le Burkina a enregistré 15 nouveaux cas. Ce qui porte à 114 le nombre total depuis le début de l’épidémie qui s’est déclarée dans le pays le 9 mars dernier, a indiqué ce mardi 24 mars, Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Coronavirus qui a fait plus de 16 décès dans le monde où plus de 160 pays sont touchés.

Sur les 114 cas à ce jour, on y dénombre « 41 femmes et 73 hommes », a poursuivi le professeur Ouédraogo qui s’est dit heureux de rapporter aux journalistes, « deux guérisons ». Il s’agit d’une femme, membre de l’équipe de prise en charge et d’un homme de 26 ans, a-t-il précisé. Cela porte le nombre de guérisons à sept personnes depuis le début de cette maladie au Burkina.

A ce jour, nous avons le bilan suivant, selon les chiffres du coordonnateur national de réponse à l’épidémie de Covid-19: « Ouagadougou (96), Bobo-Dioulasso (6), Boromo (6), Dédougou (2), Houndé (2), Banfora (1) et Manga (1) », à la date d’hier lundi.

En ce qui concerne les tests effectués pour détecter la maladie, le comité national de lutte contre le virus à couronne n’est pas débordé, a laissé entendre son coordonnateur qui a affirmé que « le test n’est recommandé que devant les personnes ayant été en contact avec des cas confirmés ou venant d’une zone où il y a l’épidémie et qui présentent des signes ». « Sinon quand on ne manifeste pas de signes on ne doit pas réaliser de test parce qu’il n’est pas contributif », a-t-il Pr Martial Ouédraogo.

Sur les questions des confrères qui reviennent sur le peu de nombre de réanimateurs dans le pays, le professeur a dit avoir l’impression que les hommes de médias se focalisent sur les cas graves à tel point qu’(ils) oublient de parler de la prévention qui est importante. « Ce n’est pas tant de penser à gérer des cas graves. Il faut même éviter de les avoir. Moi je pense que c’est cela qui est l’essentiel. On peut éviter ces cas graves en respectant les directives sanitaires et en diagnostiquant tôt son mal », a-t-il fait savoir.

« Généralement les personnes qui nous arrivent sont des personnes qui avaient même peur de savoir ce qu’elles avaient. Et en ce moment elles arrivent pratiquement avec des difficultés respiratoires avancées », a regretté le coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Coronavirus au Burkina. « Or si elles étaient venues un peu plus tôt on pouvait éviter cela. Donc à mon avis, il serait plutôt utile de prévenir les cas graves que s’apprêter à les gérer surtout que la prévention est accessible », a-t-il réitéré.

Pour ceux qui douteraient des chiffres du comité de riposte contre l’infection, « les chiffres que nous avons reflètent les malades que nous avons suspectés et testés », a signifié Martial Ouédraogo, avant d’expliquer que certainement les cas vont s’augmenter parce qu’ils y a peut-être actuellement des malades qui ne présentent encore des signes et que même certains malades asymptomatiques peuvent répandre la maladie sans le savoir.

Raison pour laquelle il a, une fois de plus, appelé les populations à limiter leurs déplacements, leurs contacts, à suivre scrupuleusement les consignes sanitaires pour rompre la chaîne de propagation qui est pour le moment essentiellement communautaire.

Par Bernard BOUGOUM