Accueil Opinion Côte d’Ivoire: lettre ouverte à Alassane Ouattara

Côte d’Ivoire: lettre ouverte à Alassane Ouattara

Le président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara (Ph. lopinion.fr)

Dans cette lettre ouverte adressée au président ivoirien Alassane Ouattara, l’Association convergence citoyenne et panafricaine (CCP) estime que le discours prononcé le 16 juillet à l’occasion de l’assemblée générale constitutive du RHDP unifié coupe « court à la polémique grandissante et le débat belliqueux sur son intention de conquérir à nouveau les suffrages des électeurs ivoiriens à la présidentielle de 2020 après deux mandats à la tête de l’état ». 

 Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la république de Côte d’Ivoire, Chef de l’Etat,

Le lundi 16 juillet 2018, le palais des congrès de l’hôtel ivoire à Abidjan en terre ivoirienne a abrité l’assemblée générale constitutive du RHDP unifié. L’acte majeur de cette cérémonie politique a été le discours que vous avez prononcé devant l’assemblée. Sortie très attendue par l’opinion en Côte d’ivoire et au-delà des frontières de votre pays, eu égard à la situation politique mouvementée, nous avons particulièrement été édifié par un extrait de votre discours qui fera l’objet de notre modeste analyse. Excellence, notre contribution qui se veut surtout un cri de cœur à votre endroit sera axée sur ces propos que vous avez tenus: «Le Président Français a 40 ans. Le Premier Ministre de la Belgique a 38 ans. Le Premier Ministre Autrichien a 31 ans. Les temps changent…, le Président Bédié et moi devons travailler pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020…».

Excellence Monsieur le Président,

A la lumière de ces mots énoncés dans votre discours, il est immédiatement perceptible que vous souhaitez vous inscrire dans une dynamique d’alternance à la tête de l’état à la présidentielle de 2020, mieux vous prônez un renouvellement générationnel au pouvoir. Vos propos viennent couper court avec la polémique grandissante et le débat belliqueux sur votre intention de conquérir à nouveau les suffrages des électeurs ivoiriens à la présidentielle de 2020 après deux mandats à la tête de l’état. Nous tenons à saluer votre hauteur de vue sur cette décision de passer la main à la fin de votre second mandat. Toutefois, la politique étant le lieu de tous les possibles, nous espérons que votre message n’est pas une ruse de politicien. Par respect à l’ensemble de votre parcours et conscient des difficultés qui ont jalonné votre engagement, notre vœu le plus cher serait de vous voir rentrer dans l’histoire en passant la main avec toute la quiétude qu’il sied en 2020. Vous devrez être après votre magistère ce baobab auprès de qui vos compatriotes de tous les bords et démocrates de toutes les contrées viendront s’abreuver à la source de la sagesse.

Excellence, votre avènement au pouvoir en Côte d’ivoire a suscité beaucoup d’espoir. Le parcours professionnel excellent qui est le vôtre dans les institutions financières internationales avait conduit vos détracteurs les plus farouches à reconnaitre que vous êtes brillant. Depuis le début de votre mandat, vous avez d’une part travaillé inlassablement à ramener la Côte d’Ivoire dans le concert des nations respectées, d’autres parts mis les ivoiriens au travail et ouvert des chantiers gigantesques dans le cadre du développement dont les résultats sont largement visibles. Etant un humain avec ses forces et ses faiblesses, il y’a aussi des domaines dans lesquels les attentes de vos compatriotes restent à satisfaire étant donné que la perfection absolue ne relève que de Dieu. Il serait plus que sage de savoir partir à temps après avoir énormément ajouté de la terre à terre dans le processus de développement de la Côte d’Ivoire.

Nous ne saurons conclure cette lettre ouverte sans souhaiter que vous puissiez instaurer un dialogue inclusif avec les forces vives car des signaux inquiétants proviennent de plus de votre pays.

Excellence Monsieur le Président,

Loin de nous l’idée de créer de la polémique, la convergence citoyenne et panafricaine (CCP), notre structure, est une organisation de la société civile qui intervient dans le domaine de la défense des droits humains.

 Tout en espérant que cette lettre vous parvienne, veuillez agréer l’expression de notre très haute considération.

Ouagadougou, le 18 juillet 2018                                              Ousmane SO

Président de l’association

convergence citoyenne et

panafricaine (CCP)

Laisser un commentaire