Accueil Société Coup d’Etat manqué: « Il n’y avait pas une volonté manifeste de la...

Coup d’Etat manqué: « Il n’y avait pas une volonté manifeste de la hiérarchie de s’opposer » (Diendéré)

3574
0
Pingrenoma Zagré, ex-CEMGA du Burkina

L’audition du général Gilbert Diendéré, accusé dans le dossier du coup d’Etat manqué, s’est poursuivie ce vendredi 30 novembre 2018, devant la Chambre de jugement du tribunal miliaire burkinabè. Le général Diendéré a soutenu quelque temps après la reprise de l’audience, que « dès le 16 septembre 2015, il n’y avait pas une volonté manifeste de la hiérarchie de s’opposer » au putsch.

Selon le général Gilbert Diendéré, répondant à une question du parquet militaire, « après la réunion (de la Commission de réflexion d’aide à la décision (CRAD) les membres se sont) quittés en bon enfant », et « il n’y avait pas une volonté manifeste de la hiérarchie de s’opposer » au putsch.

La hiérarchie « avait la possibilité de dire non. Le rapport de force était à leur faveur », a affirmé le général Diendéré.

« Quand un homme n’est pas d’accord, il dit non », dit l’accusé. Il a noté qu’il ne sait pas de « quelle force (il) disposait » pour que les chefs militaires ne lui opposent un refus.

Le général Gilbert Diendéré, a affirmé que dès le 19 septembre 2015, il avait voulu remettre le pouvoir et c’est le 21 septembre que les chefs militaires lui ont « retiré leur soutien ».

Le général Gilbert Diendéré, qui a soutenu que la hiérarchie devait dire non si elle n’était pas d’accord, a pris en exemple leur « résistance quand on n’avait mis aux arrêts Thomas Sankara ». « Avec une trentaine de personnes, nous avons dit non, nous nous sommes retranchés au camp Guillaume et on a résisté jusqu’à ce qu’une solution (soit) trouvée », a-t-il poursuivi. C’est après qu’ils se seraient rendus compte que la solution adoptée par l’autorité d’alors, le président Jean-Baptiste Ouédraogo, n’était pas ce qu’ils attendaient, ils se sont alors « organisés et c’est ce qui a amené la révolution d’août 1983 ».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire