Accueil A la une Covid-19 au Burkina: l’opposition politique dénonce des « velléités de malversations du budget...

Covid-19 au Burkina: l’opposition politique dénonce des « velléités de malversations du budget de la riposte »

467
0

Dans ce compte-rendu de réunion, l’opposition politique regroupée au sein du chef de file, dénonce des velléités de malversation du budget alloué à la riposte contre le Covid-19.

Le Cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition politique (CC/CFOP) s’est réuni à son siège à Ouagadougou le mardi 14 avril 2020 de 16 heures à 17 heures 30 minutes, sous la présidence de M. Zéphirin DIABRE, à l’effet d’examiner les points suivants:

  • Situation nationale ;
  • Vie du Cadre de concertation.

A cette réunion, première du genre depuis l’apparition de la maladie à coronavirus dans notre pays, les participants ont respecté les mesures d’hygiène édictées par les professionnels de la Santé.

  • Situation nationale

Au chapitre de la situation nationale, le Chef de file de l’Opposition a demandé, dès l’entame de la rencontre, une minute de silence en mémoire des personnes décédées de la Covid-19.

Après cela, les échanges ont porté essentiellement sur la crise du coronavirus et sur les attaques terroristes au Burkina Faso. Les responsables de partis d’opposition ont réaffirmé leur soutien ferme et leurs encouragements au personnel soignant qui, malgré la modicité des moyens, fait vaillamment face à la pandémie.

Le Chef de file de l’Opposition a remercié l’ensemble des partis politiques membres du Cadre de concertation, qui ont collecté six millions de Francs CFA pour contribuer à la lutte contre la Covid-19. Il a aussi relevé avec satisfaction qu’individuellement pris, les partis politiques d’opposition ont également posé des actes pour contribuer à contrer la pandémie.

Le Chef de file de l’Opposition a encouragé tous les partis politiques à poursuivre dans la dynamique de solidarité, pour aider les communautés à mieux se protéger de la maladie à coronavirus.

Analysant la riposte de la maladie au Burkina Faso, les participants à la rencontre ont fustigé la manière désastreuse dont le Gouvernement gère la crise. Cette gestion est notamment caractérisée par des tâtonnements et des contradictions, de la mauvaise gestion des ressources et une absence de vision.

Les membres du Cadre de concertation se sont également penchés sur le traitement inhumain et dégradant dont ont été victimes des malades de la Covid-19 admis au CHU de Tengandogo. Ces informations ont été révélées par la presse d’investigation. A cela, il faut ajouter les velléités de malversations qui entourent le budget de la riposte.

L’Opposition politique encourage les patients de la Covid-19, victimes de traitements inhumains (ou leurs proches) à saisir la Justice pour non seulement obtenir réparation, mais aussi envoyer un signal fort sur l’obligation de respecter la vie humaine.

L’Opposition politique burkinabè demande instamment à l’Assemblée nationale d’activer une mission d’information parlementaire sur la gestion de la crise sanitaire, dans l’attente de la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire au plus tôt.

Pour sa part, l’Opposition politique a décidé de mettre en place un Comité de suivi de la gestion de la crise. Ce Comité est un regroupement pluridisciplinaire qui aura pour mission de veiller en permanence à ce que les décisions publiques sur la Covid-19 profitent effectivement aux malades et au peuple burkinabè, et de proposer des solutions concrètes dans un esprit patriotique.

Concernant la crise sécuritaire, le Cadre de concertation a observé que les attaques terroristes sont reléguées au second plan face à la crise du coronavirus. Pour l’Opposition politique, la défense du territoire national et la protection des personnes et de leurs biens sont d’une importance si capitale, qu’aucun nouveau défi ne devrait les éclipser.

L’Opposition politique invite donc le Gouvernement à trouver des mécanismes pour agir à la fois contre le coronavirus et contre le terrorisme. Ainsi, les sessions du Conseil supérieur de la Défense, de même que la communication gouvernementale de guerre, doivent se poursuivre de façon régulière. Par ailleurs, ce serait une grosse erreur d’oublier le cas de déplacés internes, dont le nombre est proche du million, qui sont menacés par la famine et divers épidémies.

  • Vie du Cadre de concertation

Au chapitre de la vie du Cadre de concertation, le Chef de file de l’Opposition a officiellement présenté à ses pairs le Président du Mouvement  Agir Ensemble pour le Burkina Faso, M. Boubacar DIALLO, dont le parti s’est récemment affilié au CFOP. M. DIALLO a été ovationné par les autres Présidents de parti, qui lui ont chaleureusement souhaité la bienvenue dans la famille de l’Opposition politique.

Le Président d’Agir Ensemble a exprimé son enthousiasme à mener la lutte pour l’intérêt général du peuple burkinabè,  dans le cadre du CC/CFOP.

Le Cadre de concertation du CFOP compte désormais 27 partis politiques membres.

La rencontre a pris fin dans une ambiance de cordialité.

Ouagadougou, le 14 avril 2020

Le Service de communication du Chef de file de l’Opposition politique

Laisser un commentaire