Accueil A la une David Malpass, président du Groupe BM: « La crise des apprentissages exige une...

David Malpass, président du Groupe BM: « La crise des apprentissages exige une approche nouvelle »

306
0
David Malpass, nouveau président de la Banque mondiale

Pour la plupart des enfants, avoir dix ans, c’est voir son avenir en grand. Sauf dans les pays à revenu faible et intermédiaire, où plus de la moitié des enfants de dix ans ne savent ni lire ni comprendre un texte simple. Cette crise mondiale des apprentissages compromet les chances de réussite et étouffe les aspirations de centaines de millions d’enfants. C’est inacceptable.

En octobre dernier, nous avons publié des données en appui à un nouvel objectif d’apprentissage : réduire au moins de moitié d’ici 2030 la pauvreté des apprentissages dans le monde.

La lecture est une compétence particulièrement importante à maîtriser : elle élargit le champ des possibles et constitue le socle sur lequel tous les autres apprentissages viendront s’ancrer, y compris le calcul et les sciences. Ramener à zéro la pauvreté des apprentissages — définie comme la proportion d’enfants ne sachant ni lire ni comprendre un texte simple à l’âge de dix ans — est un objectif prioritaire. Car c’est un levier essentiel pour mettre fin à la pauvreté en général et stimuler une prospérité partagée. Et pour aider les enfants à exprimer tout leur potentiel.

Mais depuis quelques années, la réduction de la pauvreté des apprentissages est au point mort : entre 2000 et 2017, les résultats des enfants en âge d’être scolarisés dans le primaire n’ont progressé que de 10 % à l’échelle mondiale. Au rythme actuel, 43 % des enfants âgés de dix ans ne sauront toujours pas lire en 2030.

Tandis qu’un certain nombre de pays ont fait des progrès au fil des années, des écarts importants subsistent entre les pays à faible revenu et les pays à revenu élevé et, dans un même pays, entre les régions. La crise de la pauvreté des apprentissages touche le monde entier mais elle est particulièrement grave en Afrique, où pratiquement 86 % des enfants sont incapables de lire et de comprendre un texte simple à dix ans.

La bonne nouvelle, c’est que les enfants qui auront dix ans en 2030 ne viendront pas au monde avant l’an prochain. À charge pour nous de mettre les bouchées doubles pour renverser la tendance.

L’objectif que nous fixons est ambitieux mais réalisable — et il devrait mobiliser les énergies pour permettre la réalisation du quatrième objectif de développement durable (ODD 4) visant à assurer une éducation de qualité pour tous. Cela passe par un quasi-triplement du rythme de la progression dans le monde — ce qui est faisable si chaque pays avance au même rythme que les pays les plus performants entre 2000 et 2015.

Plusieurs gouvernements ont démontré que cette accélération était possible. Au Kenya, le programme national d’apprentissage de la lecture a permis de multiplier par plus de trois la part d’élèves de deuxième année atteignant le niveau de lecture requis. Pour cela, il a fallu combiner un accompagnement des enseignements en faisant appel à des outils technologiques, des guides pour les enseignants et la distribution d’un manuel scolaire par élève.

Au Viet Nam, un programme allégé et efficace aborde l’essentiel et garantit l’acquisition des fondamentaux, sachant que tous les élèves disposent de supports de lecture. Résultat, les résultats des écoliers vietnamiens qui se trouvent dans les deux quintiles inférieurs de l’échelle des revenus sont aussi bons, voire meilleurs, que ceux d’un élève moyen dans un pays à revenu élevé.

La réduction de la pauvreté des apprentissages exigera des stratégies différentes selon les pays et les régions, en fonction des conditions. Dans certains cas, l’accès aux écoles reste un problème de taille : en 2018, 258 millions de jeunes n’étaient pas scolarisés dans le monde. Ailleurs, les enfants sont bel et bien scolarisés mais ils n’apprennent rien. En fixant un objectif international, la Banque se donne une base sur laquelle définir, avec chaque pays, des cibles nationales d’apprentissage. Réduire de moitié le taux de pauvreté des apprentissages des enfants d’ici 2030 constitue une cible intermédiaire. Notre ambition est de la ramener à zéro, en travaillant avec les gouvernements et les partenaires du développement.

En tant que premier bailleur de fonds en faveur de l’éducation dans les pays à revenu faible et intermédiaire, la Banque mondiale va s’employer, aux côtés des gouvernements, à promouvoir la maîtrise de la lecture en primaire. Les mesures consistent notamment à la fourniture de directives détaillées et d’une formation pratique aux enseignants, l’accès à des textes de meilleure qualité et mieux adaptés à l’âge des lecteurs et l’instruction dans une langue que les enfants parlent chez eux.

La Banque mondiale s’attache également, avec les gouvernements et les partenaires du développement, à rendre l’ensemble du système d’éducation plus efficace, pour que les progrès en lecture et en écriture soient durables et puissent être renforcés. Pour cela, il faut que les enfants arrivent à l’école prêts et motivés à apprendre ; que les enseignants soient efficaces et valorisés et aient accès à la technologie ; que les salles de classe soient équipées pour l’apprentissage ; que les écoles soient des espaces sûrs et inclusifs ; et que les systèmes éducatifs soient bien gérés.

Un programme ambitieux de mesure des résultats et de recherche sous-tend ces efforts et permet de quantifier les progrès de l’apprentissage et les facteurs à l’origine de ces performances avec, en parallèle, la poursuite de recherches orientées vers l’action et d’innovations, y compris en faisant appel aux nouvelles technologies, pour comprendre comment développer des compétences fondamentales.

En plus de gâcher le potentiel des enfants, la crise des apprentissages fragilise des économies tout entières. Elle aura un effet désastreux sur la prochaine génération de travailleurs et la compétitivité économique. L’indice de capital humain de la Banque mondiale montre qu’à l’échelle mondiale, la productivité moyenne d’un enfant né aujourd’hui n’atteindra que 56 % du niveau attendu avec des investissements suffisants dans l’éducation et la santé.

L’élimination de la pauvreté des apprentissages doit être une priorité, au même titre que l’élimination de la faim et de l’extrême pauvreté. La tâche n’est pas facile, mais nous ne pouvons pas reculer devant les obstacles. Il est de notre devoir de placer la barre haut, afin que tous les enfants de cette planète puissent eux aussi nourrir de belles ambitions.

Par David Malpass, Président du Groupe de la Banque mondiale

Laisser un commentaire