Accueil Politique Démocratie: le Burkina, «une source d’inspiration» selon le Congolais Olivier Kamitatu

Démocratie: le Burkina, «une source d’inspiration» selon le Congolais Olivier Kamitatu

779
0
Olivier Kamitatu, ex-président du Réseau libéral africain

L’ex-président du réseau libéral africain, le Congolais Olivier Kamitatu, a lancé ce vendredi 14 février 2020, au cours d’une rencontre à Ouagadougou, des fleurs, au peuple burkinabè qui, avec «fierté et dignité a tracé le chemin de la liberté et de la démocratie» pour les pays africains qui cherchent leur voie. Le Burkina Faso, à l’en croire, est une «source d’inspiration» en matière de démocratie et de liberté d’expression.

L’ancien président de l’Assemblée nationale de transition congolaise a déclaré que «c’est avec émotion qu'(il) revient chaque fois sur cette terre de liberté, de dignité, parce que le peuple du Burkina Faso (…) montré l’exemple, il a tracé une route il y a quelques années par son courage et sa vision», faisant référence à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ayant contraint le président d’alors, Blaise Compaoré à la démission.

«Vous devez être fiers d’être des Burkinabè parce que vous êtes une source d’inspiration pour nous tous. S’il n’y avait pas ce combat pour la liberté au Burkina, je ne crois pas qu’en République Démocratique du Congo (RDC), nous nous serions jetés avec autant d’ardeur dans la bataille. C’est parce que les leaders du Burkina nous ont montré l’exemple», a poursuivi l’ancien ministre du Plan et de la Révolution de la modernité.

Olivier Kamitatu Etsu, né le 17 avril 1964 à Bruxelles, est un homme politique de la République démocratique du Congo. Il a été président de l’Assemblée nationale de transition et ministre du Plan et de la Révolution de la modernité dans le gouvernement Matata II du 8 décembre 2014 au 25 septembre 2015.

Sous l’ancien président congolais Joseph Kabila, fin octobre 2018, Olivier Kamitatu était le vice-président du G7 et directeur de cabinet de l’opposant Moïse Katumbi qui avait été contraint à l’exil jusqu’à l’élection fin janvier 2019 de l’actuel chef d’Etat Félix Tshisekedi.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire