Accueil Société Burkina: «50% des chauffeurs routiers meurent avant 60 ans» (syndicat)

Burkina: «50% des chauffeurs routiers meurent avant 60 ans» (syndicat)

1022
0
Les responsables du SYNACP

Des chauffeurs burkinabè ont présenté à la presse, ce samedi 15 février 2020, à la Bourse du Travail de Ouagadougou, leur nouvelle organisation qu’est le Syndicat national des chauffeurs professionnels en abrégé (SYNACP) qui vise la recherche de l’amélioration de leur condition de vie et de travail. Les conférenciers ont déclaré qu’au Burkina Faso, « 50% des chauffeurs meurent avant 60 ans soit par accident ou par fatigue générale » et « 90% des conducteurs ne bénéficient pas de visite médicale annuelle ».

Avant d’entrer dans le vif du sujet de leur sortie médiatique, les conférenciers, ont, au nom du peuple burkinabè, regretté et se sont excusés pour tous les désagréments que les multiples débrayages de leur ancienne corporation ont fait subir en 2019 avec notamment des blocages sur les grands axes routiers. « Le peuple burkinabè a souffert et des opérateurs économiques ont fait d’énormes pertes », ont-ils reconnu.

Ce groupe de chauffeurs routiers, dénonçant des « dérives » de certains de leurs camarades, disent avoir créé le SYNACP encore abrégé SNCP en vue de prendre leur destin en main. La multiplicité des syndicats est due essentiellement à trois facteurs à savoir « les manques de démocratie syndicale, de transparence dans la gestion surtout financière et d’alternance dans les instances dirigeantes », ont clarifié les conférenciers qui se sont fixés pour objectif principal de défendre les intérêts moraux et matériels des chauffeurs ainsi que des objectifs spécifiques dont la promotion des droits et devoirs de ses membres.

« Les chauffeurs qui ont refusé de suivre les actions de blocage des axes routiers ont été rejoints par un nombre important de conducteurs, qui dans le silence, ne suivaient plus les mots d’ordre d’arrêt de travail de l’Union des chauffeurs routiers du Burkina (UCRB). Nous avons refusé la dictature et l’anarchie de certains de nos camarades », a affirmé le président du SYNACP, Jacques Francis Ilboudo, ajoutant que 50% des chauffeurs au Burkina ne sont pas affiliés à des syndicats. A l’en croire, son syndicat a obtenu les bénédictions des pères fondateurs du premier syndicat des chauffeurs du Burkina qui « ne se reconnaissent plus dans les démarches de l’UCRB ».

Jacques Francis Ilboudo, président du SYNACP

Selon M. Ilboudo, « le grand problème des chauffeurs routiers burkinabè est dû au non-respect de la Convention collective ». A ce niveau il a salué les mérites de l’UCRB d’avoir pu parvenir en 2011 avec tous les acteurs du transport, la signature de cette Convention qui souffre de manque d’application. Cela cause d’énormes torts aux chauffeurs dont «60% ne sont pas déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) ». Aussi, « 75% des chauffeurs n’ont pas de congé annuel et 80% des chauffeurs deviennent des cas sociaux quand ils n’ont pas de travail ».

Pour les conférenciers, cela est en partie dû à leurs leaders syndicaux dont beaucoup, sans formation syndicale, deviennent des « armes manipulables par n’importe quel individu au gré de ses intérêts financiers ou des calculs personnels de leadership ». Et conscient de cet état de fait, le SYNACP annonce des formations et des séances d’éducation à l’intention des jeunes chauffeurs dont la plupart, la vingtaine d’âge, sont analphabètes.

Cependant, les responsables du SYNACP ont insisté, malgré leur rupture avec leur ancien syndicat, cela ne signifie pas une désunion entre eux. « Nous ne sommes pas désunis avec les membres de l’UCRB. Ce sont nos camarades, on se rencontre sur le terrain, on travaille ensemble. Ce sont des points spécifiques qui nous différencient, et là on est plus complémentaires. Donc il n’est pas exclu que l’UCRB et le SYNACP luttent ensemble sur des points bien déterminés pour les intérêts des chauffeurs routiers », a dit Jacques Francis Ilboudo.

Le SYNACP est affilié au niveau national à la Fédération des syndicats des travailleurs et auxiliaires des transports du Burkina (FESYTRAT-B), elle-même affiliée à la Fédération des ouvriers du transport (ITF) et à la Confédération national des travailleurs du Burkina (CNTB).

Les conférenciers ont salué les autorités politiques et religieuses dans leur « réelle implication » pour le dénouement de la dernière crise qui a secoué les Transports terrestres.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire