Accueil A la une Diplomatie: Nancy Pelosi atterrit à Taïwan malgré les menaces de la Chine

Diplomatie: Nancy Pelosi atterrit à Taïwan malgré les menaces de la Chine

Nancy Pelosi ce mardi à Kuala Lumpur, en Malaisie, avant sa visite à Taïwan

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, a atterri le mardi 2 août 2022, à Taïwan, selon des médias. Cette arrivée de la cheffe des députés américains sur l’île intervient malgré les avertissements de la Chine, qui voit en cette visite une grave provocation et estime que les États-Unis «devront en payer le prix».

La présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi a été accueillie à l’aéroport de Songshan par le ministre taïwanais des Affaires étrangères Joseph Wu. A son arrivée, Nancy Pelosi a expliqué que sa visite témoigne du «soutien inconditionnel» des États-Unis à Taïwan sans «contredire la politique américaine vis-à-vis de la Chine».

Pourtant Pékin avait prévenu contre toute arrivée d’une personnalité américaine de premier rang en Taïwanais, qui sera considérée comme une «grave» provocation, menaçant  les États-Unis qui «devront en payer le prix».

Des «avions de chasse chinois Su-35» ont «traversé le détroit de Taïwan», qui sépare la Chine continentale de l’île revendiquée par Pékin, a indiqué, mardi soir, la télévision étatique chinoise CGTN.

Alors que l’Ukraine est envahie par la Russie, c’est Taïwan qui se voit guetter par le spectre d’une invasion de Pékin qui dispose de la troisième puissance militaire mondiale. Sentant la menace venir, Taipei organise, depuis plusieurs mois, des entraînements grandeur nature, d’une ampleur inédite.

Le ministre de la Défense taïwanais a affirmé, mardi 2 août, être « déterminé, capable et confiant » à protéger l’île. Pékin, quant à lui,  considère l’île comme une partie de son territoire à réunifier, par la force s’il le faut.

Les relations entre la Chine et Taïwan sont tendues depuis leur séparation de facto en 1949, et provoquent des passes d’armes récurrentes entre Pékin et Washington, qui entretient depuis lors une politique «d’ambiguïté stratégique» à l’égard de Taïwan. Ce qui a poussé Pékin à brandir des menaces contre Washington, l’avertissant notamment «à ne pas jouer avec le feu».

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire