Accueil Société Don de sucre pendant le Ramadan: «Aucun hadith, ni verset ne le...

Don de sucre pendant le Ramadan: «Aucun hadith, ni verset ne le prescrit»

Alors que le mois de jeûne est dans sa deuxième quinzaine, l’Imam Ismaël Tiendrébéogo du Centre d’études, de recherches et de formation islamiques (CERFI) et de l’Associations des élèves et étudiants musulmans au Burkina (AEEMB) aborde avec nous, entre autres, la symbolique du don de sucre pendant le mois de Ramadan.

WakatSéra : Le don de sucre aux parents et connaissances, durant le Ramadan, est-il une obligation?

Imam Ismaël Tiendrébéogo : De façon générale, le don est un acte volontaire qui augmente l’amour entre donateur et bénéficiaire. Dans un hadith, le Prophète (SAW) dit : « Jamais vous n’entrerez au paradis, jusqu’à ce que vous vous aimiez. Vous indiquerai-je ce qui accroitra votre amour, les uns pour les autres, répandez la paix et offrez-vous des cadeaux ». Le don de sucre n’est donc pas obligatoire et plusieurs types de cadeaux existent. Le cadeau de sucre n’a aucun mérite particulier par rapport aux autres cadeaux. La meilleure aumône ou le meilleur cadeau en islam, reste d’offrir de l’eau à boire à celui qui est dans le besoin. Toutefois,  » Dépensez des meilleures choses que vous avez gagnées et des récoltes que Nous avons fait sortir de la terre pour vous. Et ne vous tournez pas vers ce qui est vil pour en faire dépense. Ne donnez pas ce que vous-mêmes n’accepteriez qu’en fermant les yeux ! Et sachez qu’Allah n’a besoin de rien et qu’Il est digne de louange » sourate2, verset 267.

Quelle en est alors la symbolique ?

Le don du sucre n’a aucune symbolique particulière et aucun hadith ni verset ne le prescrit. le don du sucre fait partie de notre culture burkinabè et est permis en islam parce qu’il ne contrevient à aucun enseignement, sauf si on lui donne une valeur spéciale. Alors, ce sera un acte interdit, car on ne peut donner une valeur spéciale à une chose à laquelle ni Dieu ni son Prophète n’ont donné une valeur particulière.

Comment rompre le jeûne (sur le plan spirituel et sur le plan alimentaire) ?

Sur le plan spirituel, il est recommandé de rompre son jeûne ayant fait ses ablutions, puis de réciter les invocations de rupture suivantes : « Mon Dieu, c’est pour toi que j’ai jeûné, c’est en toi que j’ai cru et je romps mon jeûne avec ce que tu m’as accordé. La soif s’en est allée, les vaisseaux se sont dilatés et la récompense est acquise, incha Allah« . Puis l’on se fait des bénédictions, car « l’invocation du jeûneur est exaucée au moment de la rupture » (Hadith)

Sur le plan alimentaire, le prophète (SAW) a recommandé de rompre avec des dattes fraiches ou, à défaut sèches, en nombre impair. Si l’on n’a pas de dattes, de rompre avec de l’eau car « l’eau purifie le corps« . A défaut de tout cela, de mâcher ne serait-ce que l’écore d’un arbre et si l’on n’en trouve pas, on rompt avec l’intention. C’est-à-dire que l’on prend l’intention ferme de rompre même si l’on n’a rien à manger. Mais « mangez et buvez; et ne commettez pas d’excès, car Il [Allah] n’aime pas ceux qui commettent des excès » (Sourate 7, verset 31).

Certains perdent du poids, d’autres en prennent pendant le mois de Ramadan, cela est-il mauvais dans l’islam ?

La finalité du jeûne est la recherche exclusive de piété, comme l’indique le verset 183, de la sourate 2 qui prescrit le verset. La prise de poids ou les pertes de poids ne sont pas des objectifs en soi du jeûne, étant, toutefois entendu qu’il est interdit d’exagérer quand on mange. Certains peuvent prendre du poids du fait de longues séances de sommeil ou des aliments trop sucrés, comme les jus, les repas trop gras qu’ils mangent en grande quantité pendant la rupture. Si vous observez ce que le Prophète (SAW) a prescrit pour rompre son jeûne, normalement, on ne devrait pas prendre du poids. Le mois de ramadan est un mois spécial au cours duquel, il faut exceller dans la recherche de la miséricorde divine, il ne faut pas le gaspiller en dormant trop.

Quelle valeur accorder à la rupture collective du jeûne ?

Tout regroupement est une bonne chose en islam, si la raison en est l’adoration d’Allah, la bonté entre les gens et l’exhortation à l’accomplissement de bonnes œuvres. En effet, « il n’y a rien de bon à attendre d’une personne qui fuit la compagnie des autres », (Hadith).

Spécialement pendant Ramadan, si les ruptures collectives sont le fait de personnes qui offrent de quoi rompre le jeûne à d’autres, elles seront récompensées pour chaque personne qui y prend part par un jour de jeûne supplémentaire. Autrement, offrir à manger à 10 personnes, on est récompensé par la récompense de dix jours de jeûne, selon le Prophète (SAW).

Quelles sont les dimensions de la générosité, de façon générale en islam et particulièrement pendant Ramadan ?

Pendant le Ramadan, le Prophète (SAW) dit de se mettre à l’abri ne serait-ce que par l’aumône d’une moitié de datte. Et quiconque offre de quoi rompre pendant le mois de ramadan, « Allah lui donne la récompense d’un jour supplémentaire de jeûne »

Entretien réalisé par Boureima DEMBELE

1 Commentaire

  1. Merci Imam Ismael, tu Es une lumiere pour nous musulmans d’ici et d’ailleurs. Qu’Allah te donne Santé et longuevité et une vie familiale epanouie.

Laisser un commentaire