Accueil Société Procès du dernier gouvernement Compaoré : Renvoyé au 4 mai à...

Procès du dernier gouvernement Compaoré : Renvoyé au 4 mai à cause de la rentrée solennelle du barreau

1275
1
Des membres du gouvernement Luc Tiao II sur les bancs des accusés

Le procès de l’ex-Premier ministre Luc Adolphe Tio et des membres de son dernier gouvernement où Blaise Compaoré occupait le portefeuille de la Défense, s’est ouvert jeudi 27 avril avec la vérification de la présence des accusés, avant d’être renvoyé au 4 mai suite à la rentrée solennelle du barreau prévue du 27 au 29 avril 2017 et à la demande de la défense.

Ce procès fait suite à la répression des manifestants les 30 et 31 octobre 2014 où plus d’une vingtaine de personnes ont été tuées.

Dès vers 8H00 (GMT), on note depuis dans la salle d’audience, la présence de quelques accusés, notamment, l’ex-Premier ministre Luc Tiao, Djibrill Bassole, Mahama Zoungrana, Nestorine Sangaré, Vincent Zakané, Alain Traoré et Moussa Ouattara.

Ce sont des accusés décontractés, l’air serein, qui se sont présentés ce matin devant les juges de la Haute Cour de Justice, la seule instance habilitée à juger des membres de gouvernement au Burkina.

Après la vérification de la présence des accusés, cinq ont été déclarés absents. Il s’agit de Blaise Compaoré poursuivi en tant que ministre de la Défense au moment des faits, Jérémi Tinga Ouédraogo, Lucien Marie Noël Bembamba Bembemba, Lamoussa Kaboré, Koumba Boly.

Les témoins dans ce dossier sont, entre autres, l’ex-chef d’état-major particulier à la présidence Gilbert Diendéré et Honoré Nabéré Traoré, l’ex-chef d’Etat-major général des armées.

Tôt le matin, le palais de justice de Ouagadougou est quadrillé par la police et la gendarmerie. A l’entrée, des fouilles minutieuses sont effectuées par des éléments de la Garde de Sécurité pénitentiaire.

Accusés pour « complicité d’homicide volontaire, coups et blessures volontaires » pour avoir participé le 21 octobre 2014 à un Conseil des ministres extraordinaire, M. Tiao et les membres de son gouvernement II ont été mis en accusation devant la Haute Cour de Justice, par le Conseil national de Transition par la résolution n°29-2015/CNT du 16 juillet 2015.

Ce procès a un caractère historique dans ce pays pauvre de l’Afrique de l’Ouest, du fait que c’est la première fois que des membres du gouvernement sont devant la justice burkinabè, depuis l’accession de Blaise Compaoré au pouvoir en 1987.

Daouda ZONGO

1 Commentaire

Laisser un commentaire