Accueil A la une Elections 2020 au Burkina : l’audit du fichier électoral lancé

Elections 2020 au Burkina : l’audit du fichier électoral lancé

429
0

Le président de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), Newton Amed Barry a procédé, ce mardi 13 octobre 2020, au lancement de l’audit du fichier électoral, en vue d’élections transparentes, inclusives, crédibles et incontestables au Burkina.

Le 22 novembre 2020, les Burkinabè seront dans les bureaux de vote pour remplir leur devoir citoyen, conformément au calendrier électoral. C’est en prélude aux élections couplées législatives et présidentielle, que la Ceni a commandité un audit du fichier électoral qui a été révisé pour prendre en compte ceux qui ont récemment atteint l’âge de voter (18 ans). Cet audit avait été sollicité par la classe politique.

Le chef de relation avec les experts, l’expert électoral Cyril Kulenovic, recevant le document qui régit leur travail de la main du président de la Ceni Newton Amed Barry

Le comité qui fera le travail d’audit sera composé de 22 personnes. Selon le chef de relation avec les experts, l’expert électoral Cyril Kulenovic, l’audit est un travail lourd qui doit aborder tous les sujets qui ont permis de constituer le fichier électoral et d’en discuter pleinement en laissant la parole à tous les acteurs de s’exprimer librement.

Au cours du travail, il sera abordé les termes réglementaires, les opérations, le recrutement du personnel, les questions logistiques, les sanctions qui ont été prononcées, a affirmé M. Kulenovic.

Le public au lancement de l’audit du fichier électoral

Le comité vérifiera l’exhaustivité des données électorales pour les électeurs enrôlés (identité, affectation à un bureau de vote, données biométriques, …), l’unicité de chaque électeur sur le fichier électoral, d’évaluer la conformité du fichier électoral par rapport aux normes et standards internationaux, de faire des propositions permettant de consolider les points forts observés et de proposer des solutions d’amélioration pour surmonter les faiblesses identifiées.

« Les huit experts qui sont présents ont tous une forte expérience variée. Il y a des informaticiens, des démographes, des experts juridiques, des experts électoraux, des statisticiens qui vont se mettre à la tache dès aujourd’hui », a-t-il signifié.

Newton Amed Barry devant les micros

Selon le président de la Ceni, Newton Amed Barry, dans cette opération d’audit, tout le monde est représenté. La majorité et l’opposition sont représentées chacune par « deux personnes, un informaticien et un politique. La société civile également est représentée par deux personnalités », a déclaré M. Barry.

Le travail d’audit lancé ce mardi 13 octobre 2020, se fera sur une semaine par « des experts chevronnés qui ont déjà eu à faire ce travail plusieurs fois », a-t-il soutenu.

Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo a félicité le président de la Ceni et l’ensemble de la commission et remercié les partenaires techniques et financiers (l’Union africaine, la Francophonie, l’Union européenne, le Programme des Nations Unies pour le Développement) qui permettent ainsi de « concrétiser le désir de la classe politique nationale de voir le fichier électoral audité ».

Le ministre Siméon Sawadogo en train de signer le document qui régit le travail des experts

« Nous avons voulu que les élections se passent de façon transparente et équitable et que nous puissions avoir des résultats non-contestables par toutes les parties », a dit le ministre Sawadogo, qui se réjouit de l’audit du fichier électoral par des organismes indépendants et des experts pour « permettre d’aller de façon tranquille aux élections ».  

« Nous tenons tous, comme les autorités burkinabè, à ce que ces élections qui arrivent dans quelques mois soient transparentes, démocratiques, inclusives et incontestable. C’est la raison que vous voyez aujourd’hui toutes les communautés internationales réunies au sein de cette équipe d’audit qui fera son travail de façon professionnelle, indépendante et inclusive pour donner les résultats », a dit le chef de mission des experts.

Zéphirin Diabré signant le document qui va régir le travail d’audit

« Ce sont des femmes et des hommes qui sont expérimentés, qui ont fait ce travail dans beaucoup d’endroit à travers le monde, nous attendons de voir ce qu’ils diront par rapport au constat qu’ils auront fait », a affirmé le leader de l’opposition, Zéphirin Diabré, notant que c’est dans le souci de prévention qu’il a été souhaité et exigé qu’il y ait un audit du fichier.

Les différentes parties dans le processus électoral ont signé le document qui établit la mission qui est confiée à l’équipe des experts chargés de faire l’audit du fichier électoral et qui en même temps évoque le code de bonne conduite.

Me Bénéwendé Sankara en train de signer le document régissant le travail d’audit

« Comme vous l’avez constaté, c’est d’accord parties que nous avons souscrit au code de bonne conduite et à la feuille de route qui a été déclinée pour permettre aux auditeurs de faire travailler dans le comité des experts représenté par la configuration de la Ceni, à savoir la société civile, l’opposition et la majorité pour suivre tout le déroulé de l’audit », a réagi Me Bénéwendé Sankara de la majorité présidentielle, soulignant que « c’est de façon inclusive, transparente que les élections au Burkina Faso vont se mener sous l’œil des observateurs étrangers ».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire