Accueil A la une Filador Prestige: le pouvoir aux femmes

Filador Prestige: le pouvoir aux femmes

Avec Sally Nadège Koné (première à droite) elles sont venues de partout pour "Célébrer la Femme" (Ph. wakatsera.com)
Sally Nadège Koné, unebattante pour mener le combat pour la promotion de la femme (Ph. wakatsera.com)

Ce n’était pas une de ces fêtes où tout est permis en évitant l’essentiel pour faire avancer le monde. C’était une rencontre d’hommes et de femmes, ardents défenseurs d’un monde juste. C’était un rendez-vous devenu certainement incontournable dès sa première édition, pour «Célébrer la Femme». L’événement qui a eu pour cadre le prestigieux hôtel George V de Paris, les 18 et 19 avril 2019, est le fruit de l’engagement d’une femme de conviction, Sally Nadège Koné, et le savoir-faire de Filador Prestige, l’agence internationale de communication et d’événementiels qu’elle dirige.

Avec Nathalie Tomasini (première à gauche), avocate au Barreau de Paris, les femmes revendiquent une justice pour tous (Ph. wakatsera.com)

C’est une corde aussi solide que leur conviction à redonner à la femme toute la place qui doit être sienne, que Filador Prestige a commencé à tresser le 18 avril 2019. «Célébrer la Femme», ce n’est pas une tribune de plus pour faire la fête ou simplement seriner les discours classiques pour l’émancipation de la femme, concept bien à la mode. «Non, c’est un cadre pour dire les mots contre les maux, et surtout une marmite où bouillonnent des initiatives bien pensées pour soustraire la femme des violences et injustices multidimensionnelles auxquelles elle est confrontée au quotidien». Le décor ainsi planté par Sally Nadège Koné, la promotrice de «Célébrer la Femme», ne pouvait que servir de clé d’inspiration à l’aréopage d’hommes et de femmes qui ont répondu au tocsin sonné par Filador Prestige pour apporter sa contribution à l’arsenal d’actions menées par les Etats, les organisations et toutes les bonnes volontés, soucieux de la promotion du genre.

Avec Filador, une autre vie pour la FEMME

(Ph. wakatsera.com)

Chaque 8-Mars c’est la Journée de la Femme. Et tous, du sommet de l’Etat à la petite vendeuse d’eau dans les rues, la fêtent avec joie, surtout à travers des réjouissances populaires qui n’ont d’égale que la propension de l’être humain à manger et danser. Mais depuis le jour qu’une jeune fille démunie a préféré que Sally Nadège Koné lui donne l’argent du pagne du 8-Mars pour qu’elle puisse payer avec le reste des frais de scolarité de sa troisième fille qui a été chassée de l’école, cette journée a pris une autre connotation pour elle. Sa décision est prise: «J’ai compris qu’il était temps pour nous de passer des mots à l’acte». Foi de cette Africaine dont bien remplir son quotidien est synonyme de contribuer au mieux-être des couches démunies. Désormais, par le biais de cet événement, fruit des nuits blanches de Sally Nadège Koné, une femme qui a le cœur sur la main, la femme, plus qu’une journée, a droit à une vie entière d’actions, pour l’accompagner dans son épanouissement. Ainsi, en chantant l’hymne à la gloire de la femme, tous les participants à la première édition de «Célébrer la Femme» ont fait un petit pas en tant qu’humains, mais ont accompli un grand pas au profit de l’humanité, en portant à l’unisson, la lutte pour l’amélioration des conditions de la femme. Si l’adage dit avec sagesse que «la femme est l’avenir de l’homme», alors, toutes les éminentes personnalités et anonymes qui oeuvrent, comme Filador Prestige, pour un avenir prometteur de la Femme, sont des ouvriers et ouvrières d’un monde meilleur.

Des hommes et des femmes d’exception

Le ministre ivoirien, Dr Albert Mabry Toikeusse (costume cravate) a apporté le soutien des hommes aux femmes dans leur combat (Ph. wakatsera.com)

«Des hommes et des femmes d’exception pour «Célébrer la Femme» et montrer combien des résolutions ont été prises et parfois exécutées, mais aussi et surtout, que beaucoup reste à faire». Par cette présentation des participants à l’événement à l’honneur, Sally Nadège Koné avait sans doute pour objectif de mettre en exergue le chemin déjà parcouru dans la longue marche pour reconnaître à la femme la place qui lui est due. Mais, c’était également une invite à sortir des sentiers battus pour donner de réelles chances à la promotion des droits de la femme. Et qu’elles soient avocates au Barreau de Paris, comme Me Nathalie Tomasini, Gisèle Halimi, Olivia Paule Lauret, et Leïla Aïchi, ou ministre comme celui ivoirien en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Dr Albert Mabry Toikeusse, ou ambassadeurs, comme celle du Gabon auprès de l’Unesco, Rachel Annick Ogoula Akiko Obiang Meyo, ou encore artistes comme Nahida El Hage, Dang Yu Ongui, Alberto Saleh, Laurent Gudin, Monsieur Demon, Jean-François Even, Stéphanie Renoma, Vanda Spengler, aucun d’eux n’a marchandé ses efforts pour «Célébrer la Femme». Et ils n’étaient pas les seuls à manifester de l’intérêt pour cette initiative portée avec foi par Filador Prestige. A leurs côtés, des exemples de réussite de femmes dans la société, comme la présidente fondatrice du cabinet «Good Government Affairs», Lena Backer, ou la très connue gynécologue du célèbre Hôpital américain de Paris, Dr Amina Yamgnane, ou encore la défenseure des droits humains et conférencière, Hanna Jazmin Jaff Bosdet, ont toutes, apporté leur pierre à la construction de l’édifice «Célébrer la Femme».

Beaucoup d’émotion lors de cette première édition de « Célébrer la Femme » (Ph. wakatsera.com)

Aux côtés de toutes ces personnalités, des stylistes de renommée comme Jamila Lafqir et Eric Schaix et des artistes musiciens comme l’Ivoirienne Teeyah et l’immense Fally Ipupa, ont tenu le public en haleine, le temps d’une soirée de gala qui a conjugué notes musicales et froufrous de défilé de mode, pour la cause noble de la femme. Et c’est avec une inspiration toujours appréciée que le brillant couple de présentateurs, Sophy Aiida et Amobé Mévégué, a introduit tous ces hommes et femmes de notoriété qui ont mis «Célébrer la Femme» sur orbite.

Par Morin YAMONGBE, Ouaga-Paris-Ouaga

« Célébrer la Femme » en images

 

 

Laisser un commentaire