Accueil A la une Football: les Etalons brisent le signe indien contre la Côte d’Ivoire

Football: les Etalons brisent le signe indien contre la Côte d’Ivoire

Le capitaine des Etalons, Bertrand Traoré

Les Etalons du Burkina Faso ont obtenu, le samedi 19 novembre 2022, une victoire à l’arraché (2-1) contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire en match international amical au Maroc. Un succès historique pour l’équipe nationale burkinabè qui brise ainsi le signe indien contre les voisins ivoiriens qu’elle n’avait plus battus depuis 25 ans. Tels une meute de guerriers, les hommes de Hubert Velud avec leur capitaine Bertrand Traoré en tête, y sont allés avec du cœur et de la détermination pour arracher cette victoire pour le plus grand bonheur de leurs fans dont l’attente aura été longue.

Hubert Velud et ses protégés ont compris qu’ils étaient en mission. Une mission pour le public sportif burkinabè, une mission pour l’histoire. L’adversaire en face était de taille, l’enjeu du match l’était encore plus. Il fallait s’offrir le voisin ivoirien en face pour vaincre le signe indien qui les poursuivait depuis 25 ans. Ainsi, les Etalons n’ont pas abordé cette rencontre face à la Côte d’Ivoire tel un match amical, tant ils avaient à cœur de battre des Eléphants en confiance, non seulement par leur large succès lors du dernier match contre le Burundi (5-0), mais surtout du fait de l’histoire, eux qui sont restés invaincus face aux Burkinabè depuis plus de deux décennies.

Copie parfaite du capitaine Traoré

Bertrand Traoré, capitaine exemplaire, a donné la voie à suivre à ses camarades. Le n°10 a été au charbon en ne s’étant pas fait prier pour les tâches défensives notamment. Fin techniquement, il a illuminé la rencontre par son talent. Souvent critiqué par une partie des supporters burkinabè, le natif de Bobo-Dioulasso a été l’un des grands acteurs de cette victoire avec une passe décisive pour le premier but marqué par Dango Ouattara et un pénalty provoqué qui a été transformé par le défenseur central Edmond Tapsoba. Malgré la réduction du score par le milieu ivoirien Ibrahim Sangaré, les Etalons sont rentrés dans les vestiaires avec un avantage d’un but.

Mais les Burkinabè ont souffert pendant la seconde période qu’ils ont terminée en infériorité numérique avec l’expulsion du jeune milieu de terrain, Gustavo Sangaré à la 70e minute de jeu. A 10, ils se sont battus pour leur chose, la victoire, qu’ils ont acquise dans la douleur. Les joueurs ont fait preuve de résistance et surtout de solidarité pour contrer les vagues ivoiriennes qui se multipliaient pour arracher une égalisation qui n’est jamais arrivée.

C’est un public en liesse qui s’est manifesté au coup de sifflet final devant les petits écrans à Ouagadougou et dans d’autres villes du pays. Une victoire après tant d’années d’attente, ça se fête.

Par Siaka CISSE

Laisser un commentaire