Accueil Société Incendie du Cabinet Farama : le MBDHP appelle à hâter «l’enquête en cours» pour...

Incendie du Cabinet Farama : le MBDHP appelle à hâter «l’enquête en cours» pour déterminer la cause

Cabinet de l'avocat Maître Prosper Farama parti en flammes

Suite à l’incendie du Cabinet de Maître Prosper Farama, le samedi 17 juillet 2020, le Mouvement burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples (MBHDP), dans un communiqué, le lundi 19 juillet 2021, a appelé à hâter l’enquête en cours afin d’identifier la cause de l’incendie et situer les éventuelles responsabilités.

Tout en réitérant son «soutien indéfectible» à celui qu’il a appelé l’avocat «de la veuve et de l’orphelin», le Mouvement burkinabè des Droits de l’Homme et des Peuples, dans un communiqué, a appelé lundi dernier «à une conduite diligente de l’enquête en cours, afin de déterminer les causes de cet incendie (ayant détruit le Cabinet Farama), de situer les responsabilités éventuelles et d’en tirer toutes les conséquences de droit».

Selon le communiqué, ayant appris «avec une grande tristesse la nouvelle de l’incendie du cabinet», le comité exécutif MBDHP s’était dépêché sur «les lieux du drame» et a pu constater avec «consternation, la grande ampleur des dégâts occasionnés» par le sinistre.

A la suite, au nom du mouvement, le comité exécutif «a témoigné et exprimé de vive voix, toute la compassion et la solidarité du MBDHP», à Maître Farama, indique le communiqué. Pour le soutenir ainsi que tous les défenseurs des causes justes dans ces «moments difficiles», le MBDHP a invité «l’ensemble des populations dans leurs diverses composantes, à apporter tout soutien, sous quelque forme que ce soit, à cet avocat vertueux et courageux».

Le MBDHP est une ONG non gouvernementale créée le 19 Février 1989 dont la mission et le rôle sont la promotion, la protection et la défense des droits fondamentaux et des libertés individuelles et collective de la personne humaine dont les principes sont énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 dont la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples de 1981.

Par Oumpounini MANDOBIGA (Stagiaire) 

Laisser un commentaire