Accueil A la une Insécurité au Burkina: turbulences de 2019, vers une montée en puissance des...

Insécurité au Burkina: turbulences de 2019, vers une montée en puissance des FDS

Des soldats burkinabè au front contre les attaques armées Ph. Daouda ZONGO @wakat Séra

Le Burkina Faso, cible d’individus armés non identifiés depuis 2015, a essuyé plusieurs attaques au cours de l’année 2019, qui lui ont fait perdre de nombreux soldats et civils. Mais au cours des derniers mois de l’année, une montée en puissance des Forces de défense et de sécurité est signalée par la hiérarchie militaire burkinabè.

L’année 2019, fut une année de turbulences en matière sécuritaire au Burkina Faso, notamment dans la partie Est et Nord du pays. Débutée par les tueries de Yirgou dans la commune de Barsalgo, elle a été émaillée par des attaques, occasionnant d’énormes pertes en vies humaines, des déplacés, et des fermetures d’établissements scolaires. Presque chaque semaine, des attaques sont enregistrées sur le territoire burkinabè.

«L’année 2019, (…) a été très éprouvante pour notre peuple. L’action des groupes armés terroristes a occasionné de nombreuses pertes en vies humaines, des conflits inter communautaires, des dégâts matériels considérables, des écoles et centres de santé fermés et des milliers de déplacés internes», selon le président Roch Kaboré.

Si des attaques ont été revendiquées par des groupes armés, notamment l’Etat islamique et Al-Qaïda, la plupart d’entre elles ne l’ont jamais été.

Au nombre des attaques on peut retenir les récentes, notamment celle du 6 novembre 2019 qui a visé un convoi de la mine d’or de SEMAFO, sur l’axe Ougarou-Boungou, dans la région de l’Est qui a fait 38 personnes tuées, tous des civils et celle du 24 décembre 2019, contre le détachement militaire de Arbinda dans le Sahel. Au cours de cette dernière attaque d’envergure qui a causé la mort de sept militaires et 35 civils, dont 31 femmes, les soldats ont neutralisé, d’après les sources officielles, 80 assaillants et récupéré un important matériel, toujours selon l’armée. Une victoire très appréciée par plus d’un Burkinabè.

Burkina: Roch Kaboré pris en tenaille!

Pour faire face à ces différentes attaques, l’Etat d’urgence a été déclaré dans plusieurs région du pays et plusieurs opérations ont été lancées, entre autres, dans le Sahel, le Nord, l’Est et Centre-Est du pays, en vue de mettre hors d’état de nuire, les bandits dans ces localités.

Les opérations les plus médiatisées sont, notamment, Otapuanu lancée en mars 2019 dans l’Est et le Centre-Est du pays, et l’opération Ndofou en mai, et Bourgou 4 en novembre, dans le Nord.

Ces opérations ont permis, selon les autorités, de démanteler des caches de groupes armés. Des centaines d’assaillants dont l’influent Diallo Oumarou, alias Diaw Oumarou ont été capturés, d’autres neutralisés et du matériel saisi.

Plus d’une vingtaine de présumés terroristes en provenance du Burkina, à la suite de l’opération Otapuanu dans l’Est et le Centre-Est burkinabè, ont été arrêtés au Togo et remis aux autorités du pays des «Hommes intègres».

Lutte contre le terrorisme: le CEMGA exhorte ses hommes à maintenir intacte la « rage de vaincre »

Le président burkinabè, Roch Kaboré, pour qui l’année 2019 a été «très éprouvante» pour son peuple, a soutenu, que 2020 sera une année «d’espoir de paix pour la nation» et «de consolidation de la cohésion sociale».

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire