Accueil Culture Jeu concours «je slame pour ma patrie»: de nombreuses innovations pour l’édition...

Jeu concours «je slame pour ma patrie»: de nombreuses innovations pour l’édition 2018

798
0
Selon le Directeur de OBL, Apollinaire Ouédraogo dit Ombre Blanche c'est un défi qu'il faut relever

Le comité d’organisation du Jeu Concours «je slame pour ma patrie» en collaboration avec Ombre Blanche Label a tenu ce jour 21 Août une conférence de presse au siège de l’Association burkinabé pour le management de la qualité, à Ouagadougou. Plusieurs innovations sont annoncées  à cette édition du jeu concours.

Il y a maintenant cinq ans que le jeu concours « je slame pour ma patrie» divertit les Burkinabè. Initié par le ministre en charge des Arts et de la Culture en collaboration avec des slameurs burkinabè, cette compétition ouvre le bal des festivités de la commémoration de la fête de l’indépendance au Burkina Faso. Après avoir couronné Eliphèle Minougou en 2017, le comité d’organisation continue son petit bonhomme de chemin. A en croire le directeur général des Arts appliqués à l’industrie, Daouda Kindo, les difficultés ne manqueront jamais. «Nos difficultés étaient d’ordre financier durant ces dernières éditions du concours, mais quoi qu’on fasse il y a toujours des difficultés. A chaque étapes ses difficultés mais en compagnie de notre nouveau collaborateur, nous ferons tout pour y remédier.»

Cette année, l’innovation majeure apportée au concours «je slame pour ma patrie» est le passage du flambeau de l’organisation. En effet, depuis 2013, c’est le ministère en charge des Arts et du Tourisme qui s’occupait de l’organisation. Mais à partir de cette édition, il quitte les mains du ministère pour choir dans celle de la maison Ombre Blanche Label(OBL) du slameur burkinabè Ombre Blanche. «Nous avons décidé cette année de donner la chance au privé de nous épater, c’est pourquoi nous avons confié l’organisation de la sixième édition à OBL dont le propriétaire est à nos côtés depuis la première édition en 2013», dixit M. Daouda Kindo.

Pour prouver son engagement pour la réussite de l’édition, OBL a apporté de prime à bord, deux grandes innovations dans la présélection des candidats et dans leurs coaching. Désormais, pour participer au jeu concours« je slame pour ma patrie» il faut au préalable se munir d’un texte personnel de slam rédigé en français en plus de ses documents d’identification. Ombre Blanche et OBL comptent également mettre à la disposition des cinq candidats finalistes des professionnels de la musique pour assurer leurs entrés dans le monde du show biz.

Selon le Directeur de OBL, Apollinaire Ouédraogo dit Ombre Blanche c’est un défi qu’il faut relever. «Depuis 2013 j’accompagne l’équipe d’organisation, j’ai une petite expérience dans le domaine et si le ministère confie à OBL c’est parce qu’il a une certaine confiance quant à l’organisation. C’est un défi et nous le relèverons. Mais nous comptons sur l’ensemble des slameurs, des habitués de la chose et aussi sur nos partenaires pour nous appuyer».

Par ailleurs, le vainqueur de  2018, aura un de ses clips produit par la maison OBL et sera le représentant officiel du Burkina Faso à toutes les compétitions internationales de slam.

Une autre innovation à noter est le déroulement du concours en trois phases au lieu de cinq . «Contrairement aux années précédentes, cette année on aura que  les éliminatoires, la demi-finale et la finale. Nous comptons aussi réaliser les deux dernières étapes en direct et sans orchestres», a souligné l’artiste slameur Tony Ouédraogo, membre du comité d’organisation.

Les candidats sont d’ores et déjà invités à s’inscrire avant le 20 septembre, car dès le 8 octobre la compétition démarrera. La date de la finale sera choisie et communiquée en marge des fêtes du 11-Décembre à Manga.

Par Tunwendyam Nadine ZONGO (stagiaire)

Laisser un commentaire