Accueil Opinion Journée internationale de la langue maternelle: Yana Goldman parle d’Israël

Journée internationale de la langue maternelle: Yana Goldman parle d’Israël

Ceci est un écrit du Premier Secrétaire et Consul de l’Ambassade d’Israël en Côte d’Ivoire, Yana Goldman, qui, à l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle commémorée chaque 21 février, nous parle d’Israël.

Depuis mon arrivée en Côte d’Ivoire il y a plusieurs mois, je savais que je voulais écrire sur ce sujet. Partout où je vais, tout ce que je lis – me rappelle toujours Israël. Surtout quand j’entends différentes langues dans la rue, quand je vois des gens partager leurs premiers souvenirs, d’une enfance passée dans des pays voisins avec une culture similaire, ou des terres lointaines, différentes de tout ce qui est ici.

On m’a dit à de nombreuses reprises que le mot « Israël » est exceptionnellement connu ici, surtout bien sûr en raison de son apparition dans la Bible. Mais même si la plupart des gens en ont entendu parler, peut-on avoir une idée concrète de ce qu’il signifie réellement. À quoi ressemble ce pays ? Quel genre de personnes y vivent ? Quelle(s) langue(s) parlent-ils ?

Il y a beaucoup de belles choses à raconter sur Israël. En cette Journée internationale de la langue maternelle, je voudrais parler des nombreuses langues et cultures d’Israël, parmi les nombreuses nationalités et histoires de ses citoyens. Parce qu’en fin de compte, la seule chose qui fait d’un pays ce qu’il est – c’est son peuple.

À cet égard, Israël est très semblable à la Côte d’Ivoire. Lorsque vous vous promenez à Jérusalem, vous entendez au moins l’hébreu, l’arabe, le russe et l’anglais, et bien souvent vous entendrez aussi le yiddish, l’amharique, l’arménien, le géorgien, le français, l’italien, le néerlandais et bien d’autres langues encore.

Vous verrez des gens se déguiser et célébrer à la fois pour Halloween et pour Pourim. Vous visiterez le mur occidental et les jardins de Bahai. Vous entendrez le chant de prière d’une synagogue, d’une mosquée et d’une église, peut-être même en même temps !

Vous verrez des gens se disputer pour savoir quel houmous est le meilleur – celui d’Avi de MahaneYehuda ou celui d’Ahmed du marché de Yafo. Puis vous les verrez se rassembler dans la salle à manger d’un ami pour goûter la recette de leur grand-mère marocaine.

Tout comme à Abidjan, on entend toujours au moins le français, l’anglais, l’arabe, mais aussi le russe, le chinois, le swahili, d’autres dialectes locaux et des langues européennes. Tout comme Israël, ce pays unit différents continents en termes de langues et de culture.

Et c’est ce qui fait sa beauté. La beauté d’un lieu qui accentue à quel point tout le monde est différent – et en même temps semblable.

Ma langue maternelle est le russe, car je suis né en Russie, et c’est la langue que nous parlons dans ma famille. Malgré cela, la langue que j’utilise le plus aujourd’hui est l’hébreu, la langue de mon nouveau foyer, la langue de mon peuple et de mon histoire.

Je me souviens qu’en grandissant, j’ai eu une perception différente du mot « paix ». En russe, le même mot « Paix » (prononcé Mir) est utilisé pour « monde ». Par conséquent, automatiquement, pour moi, le monde a toujours signifié la paix. Plus tard, j’ai appris que le mot « paix » est utilisé en hébreu comme une salutation standard (prononcée Shalom). Lorsque vous rencontrez une personne pour la première fois un jour, une semaine ou jamais, vous la saluez en lui disant « paix ». C’est le symbole d’un nouveau départ. C’est pourquoi aujourd’hui, le mot « paix » a une nouvelle signification pour moi. La paix n’est pas seulement notre monde, mais c’est aussi chaque commencement.

Pour conclure, permettez-moi de souhaiter à tous la paix dans mes deux langues les plus importantes :

Russe : Мир,

Hébreu: שלום

Madame Yana Goldman, Premier Secrétaire et Consul de l’Ambassade d’Israël

Laisser un commentaire