Accueil Opinion La NégroÉvolution : un nouveau regard pour envisager l’avenir

La NégroÉvolution : un nouveau regard pour envisager l’avenir

692
0

Pourquoi en parler ?

Alors que plusieurs d’entre nous en sont à faire le point après des expériences et des parcours singuliers, nous souhaitons transmettre à nos contemporains, à nos descendants ainsi qu’au reste du monde, le fruit de nos convictions, engagements et  compétences à proposer, à des niveaux différents et dans l’apaisement, des initiatives en lien avec nos populations des Afriques,  de la Caraïbe, des Amériques, des outremers français, anglophones, créolophones, hispanophones, lusophones et  néanlerdophones.

Á cet effet, le concept de NégroEvolution créé par Emmanuel Argo* qui s’est inspiré de Nelson Mandela (avec lequel il a travaillé) et du Secrétaire Général des Nations Unies Kofi Annan (qu’il a côtoyé en différentes occasions) a pris sens grâce au soutien des progressistes de la première heure comme la sud-africaine Nadine Gordimer, Prix Nobel de littérature ou de Chris Lamb, ancien Ambassadeur d’Australie ou encore Sir Peter Heap, ancien Ambassadeur Britannique ainsi que les co-auteurs de cet article.

La NégroEvolution prend en compte la dimension historique des populations d’Afrique continentale, des diasporas, des afro-descendants, des métissés, sans distinction d’ethnies ou d’origine, soit un véritable melting pot vivant tant dans les outremers que partout à travers le monde.

Ce concept qui nous rassemble dépasse donc la notion de race pour mettre en évidence nos talents, forces et valeurs afin de sortir une fois pour toutes des représentations occidentales fondées sur des classements plus ou moins avantageux selon la couleur de la peau et l’origine géographique et ce, pour avancer au lieu de stagner. Il s’agit donc ne pas céder à la résignation du : ne changeons rien ! [en langue créole] I bon kon sa, [en anglais] Don’t touch anything ; please ! [en Espagnol] Esta muy bueno. La NégroEvolution c’est aussi la volonté de reconnaître les femmes comme clef de voute dans nos sociétés matriarcales. Saluons donc ici feue professeure Wangari Mathai, écologiste et Prix Nobel de la paix ainsi que les engagements actuels de nos Excellences Mesdames Graça Machel, défenseure internationale des enfants-soldats et Helen Johnson  Sirleaf, Prix Nobel de la Paix.

Après la libération des esclaves, la France républicaine avait généreusement indemnisé les grands planteurs-esclavagistes, « victimes de l’abolition de l’esclavage » [sic].  Que dire encore de la « dette de l’indépendance » de Haïti qui, pour avoir osé devenir une république souveraine au 19ème siècle, fut contrainte de payer à prix d’or une rançon jusqu’en 1952 – près de 125 ans – sans qu’aucune démocratie au monde ne s’en émeuve. Elle n’en finit pas d’en payer le prix. En considérant ces dédommagements, on peut donc souligner l’importance des retombées économico-financières générées par l’esclavage qui ont fait la prospérité et la puissance guerrière de nombreuses nations. Mais heureusement, les temps ont changé : la Résolution de la Décennie Internationale des Afro–descendants 2014/2024 prise par l’ONU est une avancée qui conforte notre démarche sociétale.

Ainsi, comme le propose Emmanuel Argo, « au-delà de la commémoration officielle Française annualisée de l’abolition de l’esclavage qui a lieu discrètement au mois de mai devant une modeste stèle, il est nécessaire de déclencher un processus de vérité, justice et réconciliation sincères qui pourrait être le moyen d’une paix non feinte et durable mais aussi une véritable action pédagogique à caractère et finalité universels. Il est également urgent d’établir un concordat incluant différentes formes d’indemnisations pour les descendants d’esclaves et victimes de la traite négrière dans les régions où la prospérité de l’économie sucrière a laissé place à la paupérisation. Ainsi, applaudirons-nous sans réserve à la naissance d’une telle initiative que pourrait faire sienne l’Organisation des Nations Unies ».

Par ailleurs, pour sensibiliser l’opinion et sortir des clichés habituels, nous devrons revendiquer nos potentialités scientifiques, économiques, commerciales, nos capacités d’inventivité et de créativités culturelles. Tout cela permettra au plus grand nombre de s’exprimer voire d’exceller comme certains d’entre nous le font déjà dans leur région. L’information la formation et la création d’emplois doivent être les éléments moteur de ces initiatives.

Enfin, à l’heure où les changements climatiques vont entraîner la disparition de certains territoires insulaires et littoraux et ainsi, de profonds bouleversements sociaux et économiques, la sphère Africa Mundus doit déjà anticiper l’accueil des réfugiés, et notamment en ciblant les zones géographiques les mieux adaptées aux transferts de populations. Il faut éviter l’urgence génératrice de chaos et envisager ces déplacements comme un apport de richesses.

Tourné vers l’avenir, le concept de la NégroEvolution s’adapte aux enjeux de notre siècle et de nos sociétés sans oublier les legs de nos illustres NégroÉvolutionnistes avant la lettre, comme Frantz Fanon, Aimé Césaire, Léon Gontran Damas, Jacques Stephen Alexis, Martin Luther King, Rosa Parks, Julius Nyerere, Cheick Anta Diop, Marcus Garvey, Tomas Sankara, Nelson Mandela et tant d’autres, qui ont lancé à la face du monde leur volonté d’émancipation. Ils nous ont transmis les valeurs de courage, de solidarité, d’honneur, de fierté, d’altruisme, de respect, de fraternité et de dignité. Pourtant, malgré ces hommes et ces femmes d’audace et leurs actes autant courageux qu’exemplaires, un trop grand nombre a néanmoins grandi dans la pusillanimité du fait de la culture familiale ou du contexte religieux. Des contemporains progressistes de toutes origines se font entendre ; encourageons-les avec lucidité à entreprendre l’amorce d’un rééquilibrage géopolitique international qui débouchera à terme sur d’autres formes d’administration des peuples.

Le cas des territoires ultra-marins français inclus dans l’Union Européenne est singulier comparé aux anciennes colonies britanniques qui sont désormais indépendantes tout en étant incluses dans le Commonwealth. Il y a quelques années, à la Martinique, lors d’une rencontre entre les présidents Georges Bush et François Mitterrand, parlant d’avenir, ce dernier affirmait « il faut penser bâtir ou rebâtir un équilibre ! »  Comment fallait-il l’interpréter ? Était-ce déjà un début de réponse aux questions géopolitiques caribéennes d’alors, dans un contexte d’émancipation de certaines républiques caribéennes, sud-américaines ou africaines face à l’hégémonie des grandes puissances occidentales ?

L’autonomie des territoires ultra marins va-t-il de soi face à la menace d’éclatement de l’Union européenne, notamment pour des raisons sécuritaires en raison de l’immigration clandestine ? Pour des raisons politiques, plus que jamais les contrôles d’identités aux faciès, le racisme, la négrophobie et la xénophobie sont le fond de commerce de certains partis.

Dans le même temps, l’Union africaine amorce la création d’une zone de libre-échange économique et envisage l’établissement d’un passeport commun dans le cadre de la création des États Unis d’Afrique. En 2007, dans un programme de développement qui concernait les relations entre l’Union Africaine et sa diaspora basée en Grande-Bretagne, Emmanuel Argo avait déjà proposé la libre circulation des diasporants dans les régions continentales.

 

Face à l’évolution rapide et sans précédent de l’Afrique qu’elle a longtemps vu comme un vassal, l’U.E cherche à établir un nouveau partenariat déjà dénommé « Eurafrique ». S’il convient de se parler et de travailler entres partenaires égaux qui se respectent pour sortir des mentalités et des représentations coloniales tenaces, y compris chez des alliés- humanistes, saluons l’initiative. Mais s’il s’agit d’une nouvelle forme, encore plus perverse et sournoise d’un impérialisme économique, démasquons-le maintenant ! Comme le dit Emmanuel Argo « méfions- nous du piège de Thucydide ».

L’initiative européenne montre en tout cas une prise de conscience : elle admet l’idée de partenariat ce qui signifie qu’elle envisage l’Afrique et ses peuples dans une relation bipartite et non unilatérale ce qui, bien évidemment nous confortent nous, NégroÉvolutionnistes, dans notre démarche de contractualisation.

C’est dans cette perspective qu’Emmanuel Argo demande à nouveau l’application in extenso des responsabilités sociétales des entreprises publiques et privées, tant sur le continent Africain que dans les outremers, car cela contribuera à un rattrapage infrastructurel et social indispensable à tout rééquilibrage pour des échanges économiques de type gagnant-gagnant entre parties contractantes.

Ainsi, les territoires d’outremers majoritairement peuplés d’afro-descendants n’ont pas à craindre leur inéluctable évolution statutaire, à condition que certains de leurs dirigeants locaux en responsabilité dans ces « poussières d’îles », non moins génératrices d’intelligences et pourvoyeuses d’intérêts géostratégiques, de ressources maritimes, marines et agroécologiques, conviennent déjà de coopérer sur des stratégies géopolitiques communes de développement plutôt que de préférer l’isolement.

Pour que ces outremers bénéficient de synergies avec les Afriques continentales, Emmanuel Argo a créé la dénomination générique Africa Mundus, suivant ainsi les six régions intra et extra continentales définies par l’Union africaine. La sixième région dite extracontinentale, regroupe les Afro-descendants et la diaspora répartis à travers le monde.

L’approche d’Emmanuel Argo est la suivante : les outremers doivent sortir de leur isolement et entrer pleinement dans un marché économico-commercial et culturel d’1,315 milliard d’habitants. Certains l’ont déjà compris qui, comme ce groupe de békés martiniquais d’import-export très présent dans l’agriculture locale, a investi dans des plantations de bananes en Afrique de l’Ouest.

Allons plus loin : pourquoi le groupe Dangote, ce groupe originaire du Nigéria qui occupe les secteurs clefs du bâtiment et de l’énergie et investit dans tout le continent, n’investirait-il pas en Guyane, dans la Caraïbe ou dans l’océan Indien ?

 

Le concept de la NégroÉvolution que nous portons est avant tout une attitude volontaire pour promouvoir l’audace et l’estime de nous-mêmes notamment dans la recherche de solutions pragmatiques pour éviter l’exil ou la résignation quelle que soit la région où l’on naît. Á l’heure où les vieilles puissances s’épuisent à se combattre, c’est une idée porteuse d’avenir du fait de l’existence du nouveau panafricanisme porté par l’Africa Mundus, cette entité économico sociétale qui comptera bientôt 2 milliards d’individus majoritairement jeunes. Enfin mettrons-nous fin à ce cliché tenace qui maintient les peuples à peau noire en marge de l’évolution.

 

Serge Samandoulgou. Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) du Burkina Faso. Membre du réseau Africa Mundus /région Afrique francophone de Ouest. Pair de la NégroÉvolution.

Victor Truxillo. Docteur en chimie organique, ancien coopérant universitaire en Afrique francophone (Algérie, Bénin, Gabon). Professeur à l’ex IUFM Antilles Guyane/Institut Universitaire de Formation des Maîtres, Membre du réseau Africa Mundus scientifique, Pair de la NégroEvolution.

Vicky Hendrick, fonctionnaire retraitée du ministère de l’Éducation Supérieure, de la Formation et de l’innovation de la République de Namibie. Chef d’entreprise. Membre du réseau Africa Mundus /region Afrique australe anglophone. Édile de la NégroÉvolution.

Falla Ensa-N’Dayma. Président des organisations syndicales de la Sierra Leone. Membre du réseau Africa Mundus / Afrique anglophone de l’Ouest. Pair de la NégroÉvolution.

Maguy Lottin. Présidente de   Associazione Interculturale Griot à Rome. Membre du réseau Africa Mundus/Italie. Édile de la NégroÉvolution

Jean Kenne. Professeur des universités / The DAPAD Foundation Tokyo. Membre du réseau Africa Mundus/Archipel nippon. Pair de la NégroÉvolution.

Jilles Djion. Directeur général d’une entreprise internationale en Chine. Membre du réseau Africa Mundus/Asie Pacifique. Pair de la NégroÉvolution.

* afro-caribéen, Emmanuel Argo est né en Martinique. En quittant sa région natale depuis près de quatre décennies, il a travaillé dans un cabinet d’avocats parisiens, enseigné le droit Européen à l’Université de Rouen, puis s’est rapproché de l’African National Congress dès 1992 pour apporter sa contribution, alors que l’Afrique du Sud sortait de l’apartheid. Tourné vers le Commonwealth africain, l’Amérique et l’Asie-Pacifique, en participant   à des initiatives prises dans des sphères de décisions internationales, il a porté des recommandations auprès d’instances consultatives des Nations Unies et du G20. Au titre de l’Angleterre, comme Rapporteur général d’une conférence du G8 présidée par Vladimir Poutine à Moscou il est à l’origine de la diminution des taxes prélevées sur les envois d’argent/rémittences/Remitt@nces adressés par les migrants originaires de tous les continents à leur famille restée au pays. Il a écrit de multiples articles de presse, est auteur et co-auteur de plusieurs ouvrages en Anglais, a reçu le soutien du Prix Nobel de la Paix Lech Wałęsa qui a préfacé son livre intitulé : Main basse sur l’argent des pauvres ; merci aux Remitt@nces, qu’il a offert au Pape François au Vatican.  En Chine, il est conseiller de la Chambre de Commerce Africaine. En Angleterre, il est membre de la Société d’Histoire de l’Université d’Oxford ainsi que de Chatham House/The Royal Institue for International Affairs.

Laisser un commentaire