Accueil Economie Le Gouvernement burkinabè et l’UE font le point de la coopération budgétaire...

Le Gouvernement burkinabè et l’UE font le point de la coopération budgétaire au tournant de l’année

217
0
SHARE

L’UE annonce à cette occasion un nouvel appui budgétaire au Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS) et un renforcement de la coopération dans le domaine du Genre (Ouagadougou, le 15 décembre 2017) : Mme Rosine Coulibaly, Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement et M. Jean Lamy, Ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, ont examiné au cours d’une rencontre qui s’est tenue le vendredi 15 décembre 2017 à Ouagadougou, l’état de mise en œuvre des programmes d’appui budgétaire de l’Union européenne au Burkina Faso. Messieurs les ministres en charge de la Santé, de la Justice et de l’Agriculture ainsi que les secrétaires généraux du ministère en charge de l’Eau et de l’ASCE/LC ont également pris part aux travaux.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du dialogue de politique permanent entre le Gouvernement burkinabé et l’Union européenne pour une meilleure exécution des programmes d’appui budgétaire, programmes à travers lesquels l’UE appuie, jusqu’en 2020 sur la durée du PNDES, la mise en œuvre des politiques publiques dans le pays. Ce type d’aide prévoit notamment une contribution directe au budget de l’Etat, permettant de maximiser les résultats des politiques publiques, tout en réduisant les coûts de transaction.

Le volume de l’aide budgétaire de l’UE accordée au Burkina Faso dépend des performances du pays concernant la mise en œuvre de ses objectifs de développement. En 2017, 99,6% de l’enveloppe maximale possible a été décaissée. Cela correspond à un montant total de 53 milliards FCFA sur les quatre principaux programmes en cours (cf. INFRA).

Cette performance exceptionnelle démontre que les engagements pris par le Gouvernement se sont matérialisés par des résultats concrets au bénéfice des populations. Ainsi, il ressort de la rencontre que d’importants chantiers soutenus par le Budget de l’Etat à travers les programmes d’aide budgétaire ont connu des avancées majeures en 2017. Parmi celles-ci, figurent la gratuité des soins pour la mère et l’enfant, la prise en charge des intrants nutritionnels sur le budget de l’Etat, la réduction du nombre de villages sans accès à l’eau potable en milieu rural, la mise en place de la facture normalisée et la réalisation des audits de gestion par l’ASCE-LC.

En plus d’éléments généraux concernant notamment la gestion des finances publiques, la rencontre a permis de passer en revue, de façon détaillée, les résultats atteints et les perspectives pour 2018, pour chacun des quatre programmes en cours :

  1. Contrat de bonne gouvernance et de développement (CBGD). L’objectif de ce programme est d’accompagner l’exécution du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) en renforçant le dialogue avec le Gouvernement sur le cadre macroéconomique et les finances publiques. Il permet d’appuyer la consolidation de l’Etat de droit et de la gouvernance, sur la base d’objectifs définis en commun concernant la justice, l’Etat civil, le Genre, la protection des droits et des libertés, et d’augmenter l’espace budgétaire du Gouvernement, de 2017  à  2020. Au total, 22 milliards de FCFAont été décaissés au titre de ce programme en 2017.
  2. Programme d’appui à la Politique sectorielle santé (PAPS2). Ce programme d’aide budgétaire sectorielle vise à accompagner le Gouvernement dans la mise en œuvre de sa politique de santé, notamment à travers l’amélioration de la qualité de soins au niveau des formations sanitaires de premier niveau et des Centres Hospitaliers Régionaux, l’opérationnalisation de l’assurance Maladie Universelle et le bon fonctionnement du Ministère de la santé et de ses services partout dans le pays. Les décaissements au titre de ce programme se sont élevés à 12 milliards de FCFAen 2017.
  3. Programme d’appui à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à l’agriculture durable et à la résilience au Burkina Faso (PASANAD). Ce programme d’aide budgétaire sectoriellevise à accompagner le Gouvernement dans sa politique agricole et de sécurité alimentaire, notamment à travers l’amélioration de la sécurité nutritionnelle et au renforcement de la résilience des populations les plus vulnérables au Burkina Faso. Le montant total décaissé au titre de ce programme a été de 13 milliards FCFAen 2017.
  4. Le Programme d’appui à la politique sectorielle eau et assainissement (PAPS-EA). Ce programme d’aide budgétaire sectoriellevise à accompagner le Gouvernement dans sa politique de l’Eau (eau potable et assainissement). Il permet  d’améliorer équitablement et durablement l’accès  de la population à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène, dans le respect d’une gestion intégrée des ressources en eau. Le montant  décaissé au titre de ce programme en 2017 est de 6 milliards FCFA.

Pour 2018, ces différents programmes permettront d’accompagner d’autres actions fortes du Gouvernement, parmi lesquelles la gratuité de la planification familiale post-partum, la création de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, l’accélération des mesures d’assainissement en milieu rural ainsi que la réduction du nombre de détenus en attente de jugement.

Compte tenu d’une part, de l’évolution de la situation sécuritaire, notamment dans le Nord du pays et de son poids sur le budget de l’Etat, d’autre part de la qualité du dialogue de la coopération budgétaire avec le Gouvernement Burkinabè, l’UE a annoncé un nouveausoutien au Programme d’Urgence pour le Sahel sous forme d’un appui budgétaire de 33 milliards de FCFA (50 millions d’euros) pour 2018 et 2019.

La réunion du 15 décembre a aussi permis d’échanger sur les modalités de mise en œuvre d’une enveloppe additionnelle de 3,3 milliards FCFA pour une meilleure prise en compte de la question relative au genre dans les politiques nationales.

Avec ces nouveaux engagements, c’est un montant total d’aide budgétaire de l’ordre de 69 milliards de FCFA/an, soit une augmentation de 20% par rapport aux années précédentes, que l’UE a décidé d’accorder au Burkina Faso pour que ses politiques publiques atteignent les résultats escomptés au bénéfice de la population.

Les appuis budgétaires de l’UE sont accompagnés de programmes d’appui aux organes de contrôle de l’Etat tels que l’Assemblée nationale, l’ASCE-LC, et par un portefeuille important de projets de veille citoyenne mis en œuvre par la société civile burkinabè.

Les deux parties sont convenues de poursuivre et de renforcer leur dialogue de politique tout au long de l’année prochaine, pour la bonne mise en œuvre de ces programmes d’appui budgétaire.

Laisser un commentaire