Accueil A la une Le Mali suspend les rotations militaires de la MINUSMA avec effet immédiat

Le Mali suspend les rotations militaires de la MINUSMA avec effet immédiat

Le ministère malien des Affaires étrangères, dans une note datée du jeudi 14 juillet 2022, a annoncé  la suspension des rotations militaires de la mission des Nations Unies pour le maintien de la paix au Mali (MINUSMA), avec effet immédiat. Cette décision des autorités maliennes vient sonner un nouveau rebondissement dans l’affaire des 49 militaires ivoiriens toujours en détention dans ce pays et qualifiés de «mercenaires» par Bamako.

Le pouvoir de Transition au Mali vient de prendre une décision, ce jeudi 14 juillet 2022, concernant la rotation des troupes engagées sur son sol pour le maintien de la paix. En effet, à travers son ministère des Affaires étrangères, Bamako a annoncé la suspension des rotations militaires de la mission des Nations unies pour le maintien de la paix au Mali (MINUSMA) avec effet immédiat.

«Toutes les rotations des contingents militaires et policiers de la Minusma, y compris celles déjà programmées ou annoncées» sont suspendues, informe ainsi le communiqué du ministère des Affaires étrangères, adressé à la MINUSMA.

Ainsi, les relèves, les départs et les arrivées de ces hommes sont donc gelées, à compter de ce jeudi 14 juillet 2022, et ce, jusqu’à la tenue d’une «réunion de coordination», dont la date n’a pas encore été fixée, et au cours de laquelle les autorités maliennes et la Minusma devront «dégager un plan optimal» pour «faciliter la coordination et la règlementation de la rotation» des contingents onusiens.

Bamako assure, toutefois, de travailler «de manière diligente» afin de lever rapidement cette mesure et de permettre aux contingents onusiens d’assurer leur mission.

En rappel, la Mission onusienne compte environ 15 000 militaires et policiers au Mali, fournis par une cinquantaine de pays contributeurs, issus du monde entier.

La décision des autorités maliennes intervient dans un contexte de crise diplomatique déclenchée entre le Mali et la Côte d’Ivoire, due à l’affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés depuis le 10 juillet dernier et toujours en détention à Bamako.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire