Accueil Opinion Le peuple centrafricain décidera du sort de la Constitution par référendum

Le peuple centrafricain décidera du sort de la Constitution par référendum

Des manifestants pour une nouvelle constitution centrafricaine.

A travers cette opinion, Issa Keïta, prenant à témoin le débat sur une nouvelle Constitution en Centrafrique penche pour l’option du référendum.

Le débat relatif à la modification de la Constitution de la République centrafricaine du 30 mars 2016 récemment a seulement augmenté. Depuis plusieurs mois, différents membres de la société civile de la RCA ont parlé de la nécessité de mettre à jour la nouvelle Constitution, car la Constitution du 30 mars 2016 ne correspond plus aux réalités du pays.

Maintenant, quand les groupes armés ont été démantelés en tant que structure organisationnelle, le gouvernement contrôle 95% du territoire du pays et les FACA, les gendarmes et la police assurent la sécurité et l’ordre, le moment est venu pour le développement de la République centrafricaine.

Quand il est devenu évident qu’un référendum constitutionnel allait bientôt avoir lieu, alors que tout le pays se mobilisait pour demander la modification de cette loi mère, la France a immédiatement commencé à intervenir dans les affaires intérieures du pays. Un grand nombre de campagnes de désinformation ont été lancées par Paris pour saboter le processus d’adoption de la nouvelle Constitution. Bien plus, l’opposition centrafricaine, financée par l’Elysée, a une nouvelle fois tenté d’étouffer la voix du peuple réclamant une modification de la loi fondamentale pour un avenir meilleur en République centrafricaine.

Ce n’est un secret pour personne que la France est mécontente de l’autonomie croissante de la RCA. Depuis le début de la coopération diplomatique entre la Russie et le gouvernement centrafricain dirigé par Faustin-Archange Touadera, la France a commencé à mener des campagnes dénigrantes contre les instructeurs russes qui ont rétabli la paix et la stabilité sur le territoire de la République centrafricaine, ce qui n’est pas rentable pour la France, qui a besoin du chaos pour contrôler ses anciennes colonies. On peut dire que la peur de la France de perdre sa présence en République centrafricaine a poussé Paris à mettre en œuvre des méthodes immorales comme mener des campagnes de désinformation et profiter de la présence de nombreux groupes armés pour maintenir le chaos.

De toute évidence, la France tente par tous les moyens d’empêcher la tenue d’un référendum constitutionnel, car la nouvelle Constitution de la RCA augmentera encore son autonomie et Paris ne veut pas perdre les restes de son ancienne influence.

Toutes les tentatives de la France de saboter le référendum constitutionnel ont échoué, car le grand nombre de rassemblements en faveur de la modification de la Constitution qui ont eu lieu à Bangui et dans les régions du pays a permis au président Faustin Archange Touadera de comprendre ce que le peuple centrafricain voulait vraiment.

Issa Keita

Laisser un commentaire