Accueil A la une Les cinq profils de terroristes qui attaquent le Burkina Faso

Les cinq profils de terroristes qui attaquent le Burkina Faso

Le Premier ministre, Albert Ouédraogo (Photo Premier ministère)

Le Premier ministre Albert Ouédraogo a confié, lors du grand entretien accordé à la RTB et à Oméga Médias et diffusé dans la soirée du mardi 23 août 2022, qu’il y a cinq profils de terroristes qui attaquent le Burkina Faso.

Le chef du Gouvernement burkinabè de Transition, Albert Ouédraogo, a accordé, mardi 23 août 2022, un grand entretien à la télévision nationale la RTB et à Oméga Médias, au cours duquel il a passé en revue plusieurs questions liées à la situation nationale.

C’est au cours de cet entretien que le Premier ministre burkinabè a confié qu’il y a «cinq profils différents de terroristes» qui attaquent le Burkina Faso.

Il y a d’abord le profil du religieux. Ce dernier, selon Albert Ouédraogo, «défend sa religion, veut imposer le califat par les armes et le sang».

Le deuxième profil, poursuit le Premier ministre, est le défenseur dont la communauté a parfois été victime d’exactions. Ce profil de terroriste prend donc les armes pour défendre sa communauté «parce que lui-même sa survie et la survie de sa communauté en dépendent».

Dans le lot des terroristes qui sévissent sur le territoire burkinabè, les services de renseignement ont pu identifier le profil du suiveur, a fait savoir le chef du Gouvernement burkinabè. Le suivisme, selon Albert Ouédraogo, «est aujourd’hui, un effet de mode. On suit, on rentre dans les groupes».

Le quatrième profil communiqué par M. Ouédraogo est celui de «l’opportuniste qui profite de cette situation». Il s’agit du phénomène du grand banditisme, selon le Premier ministre.

Le dernier type de terroriste, défini par le renseignement burkinabè, est le profil de la victime contrainte. Cette typologie, selon Albert Ouédraogo, regroupe les personnes enrôlées de force dans les groupes terroristes.

Le Premier ministre a affirmé au cours des échanges avec les journalistes, que les groupes armés terroristes au Burkina Faso sont constitués, de nos jours, essentiellement de Burkinabè.

Pour ce faire, il a assuré que près d’une dizaine de comités locaux de dialogue pour la restauration de la paix sont mis en place «pour parler à nos frères» qui se sont levés contre la Nation, les inviter à déposer les armes. «Nous nous employons à mettre en place des centres d’accueil pour leur réinsertion socio professionnelle», a laissé entendre le Premier ministre Albert Ouédraogo.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

1 Commentaire

  1. La population connait mieux les terroristes que vous, Monsieur le Ministre. Essentiellement de Burkinabé et 90% de ceux que tout le monde connait. Meme la presse internationale en parle, comme vous ne voulez pas dire.

Laisser un commentaire