Accueil Monde Liberia: George Weah investi président à Monrovia ce lundi

Liberia: George Weah investi président à Monrovia ce lundi

Photo d'illustration

L’ex-footballeur international, George Weah, a été investi président du Liberia ce lundi 22 janvier à Monrovia au stade Samuel Doe en présence de plusieurs milliers de personnes dont le président du Faso. Cette cérémonie fait suite à l’élection présidentielle qui l’a opposé au second tour le 26 décembre 2017, à Joseph Boakai.

L’arrivée du seul footballeur africain, détenteur du Ballon d’or mondial, suscite beaucoup d’espoir pour la majorité des populations libériennes qui croulent sous la misère, du fait, en partie de la mal-gouvernance, selon des observateurs et analystes politiques.

George Weah, successeur de Ellen Johson Sirleaf, prix Nobel de la Paix, a été investi devant plusieurs personnalités dont le chef de l’Etat burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et d’autres chefs d’Etats africains. C’est la première fois depuis les années 1940 qu’un chef de l’État démocratiquement élu succède à un autre au Liberia.

Selon les médias, George Weah a promis de transformer le Liberia en profondeur grâce au secteur privé qui fera en sorte que les investissements privés remplacent à terme, l’aide au développement.

La vice-présidente Jewel Howard Taylor, une économiste, sénatrice et ex-épouse de Charles Taylor, le président libérien incarcéré en Grande-Bretagne pour crimes de guerre, sera également investie au cours de cette journée.

Si l’arrivée au pouvoir de George Weah ravive les attentes et les espoirs, certains libériens, notamment les rescapés de la crise vécue sous Charles Taylor, n’admettent pas par contre, sa vice-présidente qu’ils accusent d’être aussi comptable des exactions commises sous le règne de son mari qui purge une peine de 50 ans de prison en Grande-Bretagne pour « crimes contre l’humanité et crimes de guerre perpétrés en Sierra Leone », pays voisin du Liberia.

Le premier combat que George Weah aura à mener sera celui de la lutte contre la corruption, estiment bon nombre d’analystes politiques.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire