Accueil Société Lutte contre le Coronavirus: des experts chinois pour assister leurs collègues burkinabè

Lutte contre le Coronavirus: des experts chinois pour assister leurs collègues burkinabè

1080
1
Photo de famille avec les experts

Douze experts médicaux chinois ont atterri ce jeudi 16 avril 2020 à l’aéroport international de Ouagadougou, dans le cadre de la coopération sino-burkinabè. Ces spécialistes vont assister leurs collègues du Burkina Faso pour la lutte contre le Coronavirus qui a fait à ce jour 32 morts et touché 542 personnes, depuis que la maladie a été déclarée le 9 mars dernier.

Une mission décidée au haut niveau du pays

« C’est une mission qui a été décidée au niveau pays, donc au niveau présidentiel et donc je suis là, au nom du gouvernement pour accueillir cette mission de la République sœur de Chine qui est venue nous prêter main forte parce qu’ayant acquis une certaine expérience avec le Covid-19 », a déclaré la ministre de la Santé, Pr Claudine Lougué qui s’est réjouie car c’est une mission quasi complète sur le plan scientifique.

Cette mission va accompagner le Burkina dans la prise en charge qui passe par le diagnostic de laboratoire, le diagnostic de l’imagerie et la prise en charge globale des patients parce qu’il y a également des spécialistes des maladies respiratoires, des maladies infectieuses mais également des techniciens pour diagnostiquer les maladies qui peuvent survenir pendant les hospitalisations, a expliqué madame Lougué, ajoutant qu’il y a aussi des équipes d’infirmiers, sans oublier la médecine traditionnelle chinoise et des épidémiologistes.

Cette maladie, les agents de santé la découvre au fur et à mesure et avec les épidémiologistes chinois, « ils vont appuyer nos équipes de surveillance, nos équipes de gestion des alertes, nos équipes d’intervention rapide sur le terrain pour voir qu’est-ce que nous faisons, qu’est-ce que nous faisons bien et qu’est ce qui doit être amélioré en fonction de leurs vécus », a poursuivi la première responsable du département de Santé burkinabè.

A propos du nombre de morts élevés au Burkina dont s’inquiéterait l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le professeur Claudine Lougué a laissé entendre que son équipe est en train « d’auditer » les décès sur le plan scientifique. Et donc pour le moment, « je ne peux pas vous dire grand-chose. Mais ce que je peux dire, c’est généralement des personnes qui avaient des co-morbidités, c’est-à-dire d’autres affections chroniques sur lesquelles est venu se greffer le Covid-19 », a-t-elle affirmé, continuant que « donc, c’est des patients qui avaient le diabète, l’hypertension artérielle et des patients qui avaient un facteur de risque élevé ».

Action de renforcement des relations sino-burkinabè

Pour l’ambassadeur Li Jian, l’arrivée de ses compatriotes au Burkina Faso dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus est « un moment fort. Un moment très mémorable pour nos relations bilatérales avec l’arrivée d’une mission médicale par un avion spécial affrété par le gouvernement chinois pour notre pays ami le Burkina Faso ».

C’est une mission qui s’inscrit en droite ligne avec l’appel du directeur général de l’OMS, a dit monsieur l’ambassadeur. En effet, ce dernier a affirmé que « nous devons focaliser nos efforts pour que l’Afrique et le peuple africain puisse être épargné par ce virus. Il faut ainsi une solidarité de l’extérieur qui apporte son appui au continent », a rappelé Li Jian, notant que c’est aussi pour répondre à l’appel du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. « Il a émis cette initiative aux premiers moments de l’apparition du virus sur le territoire burkinabè. Il a lancé cette initiative de l’envoi d’une équipe d’experts chinois ici au Burkina Faso pour arrêter le plutôt possible la chaine de contamination du virus », a fait savoir le diplomate chinois.

C’est mission a été bien préparée avant le départ de ses membres composés de toutes sortes de spécialistes couvrant tous les domaines nécessaires ici au Burkina Faso, note M. Jian. Par exemple le chef de la mission travaille sur l’imagerie. D’autres membres de l’équipe sont spécialistes soit dans la désinfection, soit dans le traitement des cas graves, ou encore dans les enquêtes épidémiologiques, a-t-il déterminé avant d’ajouter que tous ces spécialistes ont tous été soumis au test du Covid-19 avant leur départ pour Ouagadougou. « Chacun d’entre eux a apporté son certificat montrant qu’il a été testé négatif au nouveau coronavirus ».

Ces experts chinois ont également amené avec eux « beaucoup de dons de matériels au nom du gouvernement chinois pour pallier le manque de matériels ici au Burkina et que les médecins qui travaillent en première ligne contre la maladie soient bien protégés. Monsieur l’ambassadeur dit espérer qu’ « avec le travail de ces experts chinois, main dans la main avec le ministère de la Santé, le gouvernement chinois va apporter son appui le plus convainquant pour exprimer (son) amitié et (sa) solidarité contre cet ennemi invisible mais pas invincible ».

Un deuxième contenant d’important lot de matériel arrivera ce soir aux alentours de 20H en provenance du Ghana, a confié Li Jian qui a affirmé que tous ces matériels ont déjà été réunis au Ghana depuis une semaine à travers un autre partenaire, le Programme alimentaire mondial (PAM). « Ce sera également un autre appui pour que notre pays frère, le Burkina Faso puisse bénéficier davantage de matériels nécessaires », a-t-il rassuré.

Quant aux experts, ils feront tout au plus deux semaines aux côtés de leurs collègues burkinabè. Ils effectueront leur tâche sur tous les sites sanitaires nécessaires.

« On doit se réjouir que cette mission ait eu lieu à ce moment précis »

La Représentante de l’OMS au Burkina, Dr Alimata Jeanne Diarra-Nama « croit que c’est une bonne chose ». Elle pense que c’est à juste titre que le gouvernement du Burkina Faso, a sollicité l’appui de la coopération chinoise pour venir l’assister. « Maintenant l’expérience chinoise est universellement reconnue. L’OMS s’est assurée que l’équipe qui est venue est une équipe appropriée, qui peut aider à passer en revue tous les aspects de la lutte au niveau du Burkina Faso », a-t-elle rassuré. Elle a lancé un appel pour que les experts au niveau du Burkina Faso, « utilisent et profitent de ces deux semaines pour vraiment débattre avec l’équipe de tous les problèmes concernant la prise en charge ».

« Je ne vous cache pas que l’OMS est préoccupée du nombre de décès qu’on rencontre par rapport à la prise en charge des cas et je crois que l’expérience chinoise ne sera pas de trop. Donc je voudrais vous assurer que l’OMS appui fortement cette mission. Comme vous le savez, l’Europe a demandé l’assistance de la Chine et on se réjouit que le Burkina Faso puisse profiter de cette expérience », a conclu madame Diarra-Nama.

Mission de partage d’expertise…

La Chine a accumulé beaucoup d’expériences et beaucoup d’expertises en ce qui concerne la lutte contre le Covid-19, a souligné le chef de mission qui a précisé que « nous voudrions, à travers notre mission ici au Burkina Faso, partager notre expérience et notre expertise avec nos homologues burkinabè en ce qui concerne par exemple la formation technique, l’assistance technique, le renforcement des capacités de diagnostic, le renforcement des capacités thérapeutiques ainsi que les analyses au laboratoire pour que le pays puisse vaincre le plus vite possible le Covid-19 ».

A la question de savoir si les deux semaines ne sont-elles pas insuffisantes pour une telle mission, elle signifié que « je voudrais qu’à travers notre intervention, notre mission ici au Burkina Faso, nous puissions partager d’abord notre expertise à travers les formations techniques, à travers tous ces échanges avec nos homologues burkinabè pour qu’ils puissent renforcer leurs capacité surtout en ce qui concerne le diagnostic, le traitement ainsi que l’analyse au laboratoire ». A le suivre, leur objectif est que les agents de santé burkinabè commis pour lutter contre cette pandémie « puissent être mieux armés pour lutter contre le Covid-19 ».

Par Bernard BOUGOUM

1 Commentaire

  1. Heeeiii… attention à l’exportation du covid19 et ses tests à risques. Le premier ministre LI Q.. dans ses rivalités avec la Russie disait avoir 3 vaccins. Et avec audace ils essayeront ces vaccins directement sur l’homme sans passer par les petits animaux et primates comme d’habitude. Et pour cette audace ou méchanceté la Chine a besoin de plus d’isolement et essais. Et elle va donc élargir sa coopération avec pays voisins ou amis. Donc la Chine prend le Faso comme ces covidiots qui seront utilisés pour ces essais faciles et rapides et sorciers. Donc ces experts sont là pour autre diplomatie. Par le soutien.

Laisser un commentaire