Accueil A la une Manœuvre militaire: plus de 400 militaires de 10 nations débarquent en Côte...

Manœuvre militaire: plus de 400 militaires de 10 nations débarquent en Côte d’Ivoire

Le général Stephen Townsend, chef du Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (AFRICOM)

Plus de 400 militaires de plus de 10 nations africaines partenaires et alliées participeront à Flintlock 2022 en Côte d’Ivoire, du 15 au 28 février 2022, apprend-on dans un communiqué de presse de l’ambassade des Etats Unis sur les bords de la lagune Ebrié. Flintlock est le plus important et le plus grand exercice annuel des opérations spéciales du Commandement des USA pour l’Afrique basé à Stuttgart en Allemagne.

Instauré en 2005, Flintlock est un exercice annuel militaire et policier combiné, dirigé par l’Afrique, qui a consolidé les forces de nations partenaires clés à travers l’Afrique, en partenariat avec les forces d’opérations spéciales internationales. Les nations africaines participantes sont le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Niger qui vont manœuvrer avec le Canada, les États-Unis, la France, la Norvège, les Pays-Bas, et le Royaume-Uni.

La volonté de la Côte d’Ivoire d’accueillir l’exercice de cette année reflète la détermination des partenaires africains à relever les défis régionaux en matière de sécurité. En outre, l’exercice renforce les partenariats entre les organisations militaires et policières africaines, américaines et internationales, augmentant ainsi leur interopérabilité pendant les crises et les opérations pour accroître la sécurité et la stabilité, indique la note dont copie est parvenue à Wakat Séra.

Il faut voir derrière cette manœuvre militaire la volonté des participants de mutualiser leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme qui menace plusieurs pays du Sahel et fragilise les dirigeants de ces Etats dont plusieurs dirigeants ont été chassés du pouvoir par des militaires. « Flintlock reflète un engagement mutuel à contrer les activités malveillantes et l’extrémisme violent dans tout le Sahel… Les acteurs malveillants et les terroristes qui cherchent à étendre leur influence ici menacent également la stabilité dans le monde entier », fait remarquer le communiqué.

Cette manœuvre militaire pilotée par les Etats Unis intervient quelques jours après la visite en Côte d’Ivoire du chef d’état-major de l’Armée française, le général d’armée Thierry Burkhard. Ses échanges le lundi 7 février 2021 avec le ministre ivoirien de la Défense, Téné Birahima Ouattara ont tourné autour de la lutte contre le terrorisme. « C’est une préoccupation commune de nos deux pays et de l’ensemble des pays de la sous-région mais également de l’Europe, qu’est la lutte contre le terrorisme. Donc c’était effectivement pour faire un point sur la lutte qui est conduite et rappeler que  pour la France, la lutte contre le terrorisme reste une priorité et qu’elle reste complément et fermement engagée », a affirmé le général français. Visiblement, il était venu voir de près le dispositif ivoirien mis en place pour contrer les terroristes qui ont frappé la cité balnéaire de Bassam.

A voir de près, la Côte d’Ivoire devient le pays « sûr » pour les pays européens, particulièrement la France, en perte de vitesse au Sahel où la rue ne cache pas son aversion pour les opérations Barkhane ou Takuba qui sont restées impuissantes face aux groupes terroristes qui continuent de semer la mort sur leur passage.

Mahamadou DOUMBIA, Correspondant

Laisser un commentaire