Accueil Economie Mise en œuvre de l’Eco : l’UEMOA observe une pause de deux ans

Mise en œuvre de l’Eco : l’UEMOA observe une pause de deux ans

Les pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), ont décidé de marquer une halte dans la mise en œuvre de la monnaie commune, l’Eco. C’est ce qu’a déclaré devant les députés le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré. C’était au cours de la session plénière de l’Assemblée nationale le 4 mai dernier.

On ne verra pas de sitôt la mise en œuvre effective du projet de monnaie unique ouest-africaine l’Eco. En effet, à en croire les déclarations faites par le ministre burkinabè de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, les pays de l’espace UEMOA ont décidé d’observer une suspension de deux ans du pacte de convergence qui doit en principe aboutir à la mise en circulation  de l’Eco en lieu et place du F CFA. « Nous nous sommes donné 2024 pour revenir et poursuivre le chantier à savoir la fixation des parités irrévocables, c’est-à-dire les équivalences entre l’Eco et les monnaies existantes dans l’espace CEDEAO » avait-il déclaré devant les élus nationaux.

Ce report selon le ministre Kaboré est lié à un certain nombre de facteurs notamment la crise sanitaire de la Covid-19 qui a eu un impact « conséquent » sur l’économie de l’espace UEMOA. D’autres étapes importantes restent à franchir avant l’entrée en vigueur de la nouvelle monnaie. Parmi ces étapes, il y a le choix du design de l’Eco à savoir le type de billets de 1000, 5000 et de 10 000, ainsi que celui des symboles. «  La détermination des symboles constitue une étape cruciale, car elle va faire intervenir les sociologues et les anthropologues en vue de s’accorder sur les symboles de référence commune aux 15 pays membres de la CEDEAO » a affirmé le ministre.

En ce qui concerne les étapes déjà franchies dans le processus de mise en œuvre de la nouvelle monnaie, le ministre a confié que des progrès sont à relever. Ainsi, les pays ont déjà déterminé en plus du nom de la monnaie, le modèle de banque centrale, en l’occurrence ici un gouvernement de banques centrales.

Selon le ministre de l’Economie, il n’y aura donc pas une banque centrale unique, mais plusieurs gouverneurs de banques. Il a par ailleurs informé que les pays de l’UEMOA seront représentés par le gouverneur de la BECEAO et les autres Etats par le gouverneur de la banque centrale de chaque pays. L’un des progrès également réalisé, c’est le choix du mécanisme du taux de change. «  Les pays ont convenu d’un mécanisme basé sur un panier de monnaie, c’est-à-dire qu’ils vont déterminer l’équivalence  entre l’Eco et l’Euro, l’Eco et le Dollar, l’Eco et le Yuan, etc. » a ajouté Lassané Kaboré.

Par Siaka CISSE (stagiaire) Avec SIDWAYA

Laisser un commentaire