Accueil A la une Modification de la Constitution: le coup fumant de Ouattara contre l’opposition?

Modification de la Constitution: le coup fumant de Ouattara contre l’opposition?

1416
0
Le président ivoirien, Alassane Ouattara (DR)

La Constitution ivoirienne adoptée en novembre 2016, va subir une cure de jouvence à quelques mois de la présidentielle du 31 octobre 2020. Le président ivoirien, Alassane Ouattara, l’a dit ce lundi 6 janvier 2020 devant les corps constitués venus lui présenter les vœux de nouvel an. «Dans le courant du premier trimestre cette année, je proposerai au Parlement des modifications de la Constitution pour la rendre plus cohérente (…), pour consolider davantage l’État de droit et rapprocher les institutions de nos concitoyens», a déclaré Alassane Ouattara pendant la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an de la nation au président. «Je voudrais rassurer les uns et les autres qu’il ne s’agit pas de “caler” qui que ce soit. Comme je l’ai dit, tout le monde pourra être candidat» à l’élection présidentielle. «Je viens d’avoir 78 ans et je ne compte exclure personne, y compris moi-même», a-t-il ajouté. Selon des observateurs avertis, cette modification de la Loi fondamentale devrait intervenir en mars prochain.

Ce qui demeure une énigme pour les Ivoiriens, c’est que le chef de l’Etat qui pourrait donc succomber à la tentation-pas toujours heureuse-du troisième mandat, n’a pas donné davantage de précisions sur les modifications constitutionnelles envisagées. Ce mutisme volontaire du président Ouattara laisse ainsi libre cours à toutes les supputations. Les dinosaures de l’opposition craignent qu’il n’impose une limite d’âge pour les candidats à la présidentielle, ce qui disqualifierait du coup ses principaux rivaux, en l’occurrence les anciens présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, respectivement âgés de 75 ans et 85 ans. Ouattara lui-même, 78 ans, pense qu’il se ferait hara kiri en s’écartant de la course au fauteuil présidentiel. Dans une interview diffusée sur les antennes de la télévision publique le 6 août 2019, le président ivoirien a levé un coin du voile sur  ce qui pourrait être ses desseins réels. «Nous sommes un certain nombre à avoir un certain âge. Peut-être qu’à un moment donné, nous devons réfléchir à ce que nous pouvons apporter à notre pays à un certain âge. Mais il y aura des modifications parce que nous remarquons qu’il y a de petites choses qui méritent d’être adaptées», a-t-il dit donnant ainsi raison à ceux qui disent que ces modifications vont écarter les «vieilles personnes». Ouattara aurait par exemple l’intention d’instaurer un parrainage pour tous les prétendants au fauteuil présidentiel, ce qui devait servir à écarter Guillaume Kigbafori Soro actuellement menacé d’arrestation pour, entre autres, «tentative de déstabilisation».

Faut-il voir dans cette réforme constitutionnelle le remake du scénario à la sénégalaise dans lequel, en son temps, le président sortant, Macky Sall, a réussi à écarter tous ses adversaires sérieux pour pouvoir rafler la mise dès le premier tour? Violente question, comme on le dirait sur les bords de la lagune Ebrié!

Par Wakat Séra     

Laisser un commentaire