Accueil A la une Mort de 11 bébés au Sénégal: quel docteur pour soigner nos hôpitaux...

Mort de 11 bébés au Sénégal: quel docteur pour soigner nos hôpitaux publics?

La mort des onze bébés à l'hôpital de Tivaouane provoque colère et indignation au Sénégal

En principe, le cycle normal de la vie va de la naissance à la mort, mais passe d’abord par des étapes comme l’enfance, la jeunesse et la vieillesse. Au Sénégal, les hôpitaux publics ont créé un raccourci par lequel les bébés, ou la maman, passent directement de la maternité à la morgue. Le constat est un tantinet cynique, mais ne reflète que la réalité. Il faut le dire de go, quelque chose tourne mal dans les hôpitaux publics sénégalais ces derniers temps. La preuve, 11 bébés viennent de périr, à l’hôpital Mame Abdoul Aziz Sy Dabakh de Tivaouane, ouest du Sénégal, selon la présentation des faits, dans un incendie provoqué par un court-circuit qui aurait fait exploser des bonbonnes de gaz. Pourtant, la structure a été inaugurée récemment, à en croire la presse locale. Trois bébés auraient tout de même été sauvés par des infirmières dans le sauve-qui-peut.

Le président sénégalais qui se trouvait, au moment des faits, à Malabo en Guinée équatoriale pour un sommet extraordinaire de l’Union africaine, organisation dont il tient la barre dans la logique de la présidence tournante, a décrété trois jours de deuil national et rentre dare-dare à la maison pour se rendre dans la ville sainte de Tivaouane, auprès des familles éplorées. Sur les cadavres encore chauds, au propre comme au figuré de ces êtres innocents, est intervenu, ce jeudi, le limogeage du désormais ex-ministre en charge de la Santé, Abdoulaye Diouf Sarr, remplacé par la directrice générale de la Santé, Dr Marie Khémesse Ngom Ndiaye, ex-syndicaliste, dont les premiers challenges seront de relever le plateau médical mais surtout de renouer la confiance entre les Sénégalais et leurs soignants.

Un déficit de confiance qui ne sera pas facile à combler car les Sénégalais n’avaient pas fini de pleurer la mort de quatre nourrissons qui avaient également péri dans un incendie à l’hôpital de Linguère, dans le nord du Sénégal. Même la famille de Astou Sokhna, cette femme de 34 ans, enceinte de neuf mois, décédée le premier jour du même mois d’avril, à Louga, toujours dans le nord du pays de la Teranga, n’a certainement pas fini de faire le deuil de la défunte qui a attendu en vain une césarienne qu’elle a demandée. Dans cette affaire qui a fait l’objet d’un procès, trois sages-femmes ont été condamnées à 6 mois de prison avec sursis, pour «non-assistance à personne en danger». A Kaolack, centre du Sénégal, ce 6 mai, un nourrisson a été déclaré mort par une infirmière et déposé à la morgue, avant d’être retrouvé vivant par son père, pour finalement passer de vie à trépas dans la journée. Une enquête a été ouverte par le parquet et l’infirmière déférée après une garde-à-vue de quatre jours.

Malheureusement, ce n’est pas qu’au Sénégal que les hôpitaux publics sont malades. La politique de santé, dans la plupart des pays africains est l’une des meilleures, mais seulement sur le papier. Les centres de santé publics, dans les villes, et surtout en milieu rural, manquent du tout au tout. Si tous ces décès ont provoqué l’ire et l’indignation au sein de populations pour qui les hôpitaux ne doivent pas être des mouroirs mais plutôt des endroits où les patients doivent trouver accueil chaleureux et guérison, il n’en demeure pas moins que l’Etat doit fournir l’effort nécessaire pour ériger des plateaux sanitaires relevés. Mais comme pour le plus petit bobo, les dirigeants et leurs proches ont le privilège d’aller se faire soigner à l’extérieur, au frais du contribuable d’ailleurs, les hôpitaux manquent souvent de tout et les médecins et infirmiers qui y travaillent ne jouissent pas toujours de conditions de vie adéquates.

Comme quoi il urge de trouver des médecins pour nos hôpitaux publics, tous malades!

Par Wakat Séra   

Laisser un commentaire