Accueil Culture Musique: Mory Kanté est décédé à 70 ans

Musique: Mory Kanté est décédé à 70 ans

514
0
La star de musique Mory Kanté

La star guinéenne de musique, Mory Kanté, est décédé ce vendredi 22 mai 2020, à l’âge de 70 ans, à la suite d’une longue maladie dans un hôpital de Conakry. L’artiste a été révélé au monde, surtout avec son titre à succès devenu culte « Yéké Yéké » en 1980.

Maître de la kora, membre du mythique Rail Band du buffet de la gare de Bamako, l’artiste avait été honoré en 1976 par le Nigeria avec le trophée de la «Voix d’Or», a rappelé l’icône du micro, Claudy Siar, animateur sur RFI.

«Tu vas nous manquer mon grand frère. Grâce à toi, dès le milieu des années 80, ta musique et ta générosité m’ont ouvert les portes de l’Afrique réelle, l’Afrique et ses réalités, l’Afrique de tous les talents», a souligné Claudy Siar. «Tu es et resteras notre icône. Désormais, le Panthéon des pères fondateurs de l’Afrique de la culture est ton antre pour l’éternité», a conclu l’animateur émérite.

Le président guinéen, le Pr Alpha Condé a rendu hommage à l’artiste, sur Twitter, officialisant la nouvelle et saluant «un parcours exceptionnel» et «une fierté».

Mory Kanté « Yèkè Yèkè »

Salif Kéita, la star malienne, son ancien compagnon du groupe Rail Band du buffet de la gare de Bamako, dit être «toujours sous le choc de cette très mauvaise nouvelle». Mory Kanté était pour lui, un frère. «Nous sommes ensemble depuis le Rail Band et il était réellement la famille. On a perdu, le monde a perdu une véritable icône de la culture mandingue et (guinéenne notamment). C’est une perte énorme. Repose en paix mon frère», lit-ont sur la page officielle facebook de la star malienne.

Surnommé «le griot électrique», Mory Kanté laisse «un héritage immense pour la culture, trop vaste pour qu’on puisse tout citer» selon son fils, lui-même musicien.

Après la mort le 24 mars 2020 du saxophoniste et chanteur camerounais, Manu Dibango, suivi du décès le 30 avril dernier du batteur nigérian, Tony Allen et de la mort du chanteur algérien Idir, le 2 mai, on peut dire que l’Afrique traverse une mauvaise période avec la perte de ces valeurs sûres de sa musique.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire