Accueil Monde Niger: «Faire taire les opposants de salon, au discours de haine et...

Niger: «Faire taire les opposants de salon, au discours de haine et de division»

Mohamed Bazoum s'engage pour de meilleures conditions de vie pour les populations

Inexorablement, le président du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya), Mohamed Bazoum poursuit sa tournée de communion avec les «militants en rose». Ce mercredi 7 octobre, c’est un «B21» qui n’a rien perdu de sa verve, malgré plus de 170 communes parcourues, qui a rencontré les populations de Dan Issa, de Tibiri Maradi, Sae Saboua et Tchadoua, avec qui il a, une fois de plus, échangé sur leur quotidien et leurs attentes. Les réalisations, sur huit années de gestion du Niger, par le PNDS-Tarayya ont constitué le menu principal des discussions entre le dauphin du président nigérien, Mahamadou Issoufou, et les siens, à qui il a rappelé que le meilleur reste à venir. En attendant les engagements qu’il compte prendre, quand sonnera l’heure de la campagne électorale qui précèdera le scrutin présidentiel du 27 décembre prochain, Mohamed Bazoum, a rassuré les populations que l’accès à l’eau potable, la sécurité et la paix, conditions sine qua non pour le développement, l’amélioration des conditions de santé et des fondamentaux de l’éducation, tout comme la construction de routes et de pistes rurales, resteront des priorités de son parti, qui ne laissera aucun Nigérien en rade. En tout cas, cette tournée de proximité a permis aux populations, d’exprimer leur satisfaction totale, en ce qui concerne les deux quinquennats en cours d’achèvement de Mahamadou Issoufou, qui, résolument collé au respect de la Constitution et de la parole donnée de ne pas charcuter la Loi fondamentale de son pays pour rester à vie au pouvoir. Qu’ils soient éleveur, femme au foyer, élèves ou fonctionnaire, ils sont persuadés que le bon choix aujourd’hui pour un Niger prospère, où règne la cohésion sociale, passe par le PNDS-Tarayya.

Abou, fonctionnaire, «Il faut faire taire les opposants de salon»

Alors que nous défendons un bilan qui a été positif sur tous les plans, même si beaucoup reste à faire, comme l’a reconnu, le président du PNDS-Tarayya, Mohamed Bazoum, des opposants de salon tiennent des discours haineux et de division. Ce sont simplement des politiciens à la semaine, qui au lieu de présenter des programmes sérieux pour le développement du Niger, demandent à ceux qui ont la volonté de travailler, de dire d’où viennent leur père et leur mère. Ces opposants, heureusement qu’ils ne sont pas deux, suivez mon regard, doivent se cacher. Du reste, les membres véritables de cet opposant qui tentent vainement de diviser les Nigériens ne peuvent pas remplir l’espace d’une cabine téléphonique. Le Niger est en paix et ces propos de politiciens aigris, sonnent très mal. Heureusement que ces discours de haine ne vont nulle part, se confinant à un réseau social. En tout cas, si avec tout ce que le PNDS-Tarayya a fait comme réalisations, nous ne lui donnons pas du 100%, ce serait désolant de notre part. Surtout que le président Mahamadou Issoufou, en bon démocrate et respectueux de son serment coranique, ne se contredit jamais. Il consacre définitivement l’Etat de droit et la perpétuation des principes démocratiques. Si tout se passe bien, par la grâce de Allah, ce sera un honneur pour le président Issoufou et pour ses camarades de parti qui l’ont accompagné au sommet de l’Etat de faire vivre à notre pays, sa première alternance démocratique. C’est très important pour nous, car ce sera la première fois qu’un président démocratiquement élu, passera le flambeau è un autre, démocratiquement élu.

Inoussa Yahaya, élève, «La sécurité ici, malgré la proximité avec le Nigeria»

Malgré la proximité de Dan Issa avec le Nigeria, il y a la sécurité. L’engagement du gouvernement est très fort dans ce domaine. Nous n’avons pas de problème pour l’accès à l’eau potable car le pouvoir a réalisé des adductions d’eau potable pour les populations. Mais, si, inch Allah, il devient président, Mohamed Bazoum doit veiller à régler le problème de la baisse de niveau de l’enseignement, et un autre problème crucial au Niger, celui de la justice sociale. Il faut que le mérite soit reconnu, et non la courte échelle. Moi qui vous parle, j’ai passé plusieurs concours sans succès, alors que je connais mes potentialités.

Abou Sani, «Say Bazoum»

J’ai tenu à venir à cette rencontre de proximité, parce que je pense que Mohamed Bazoum est celui qui peut régler nos problèmes, non seulement parce qu’il est du PNDS-Tarayya, mais parce qu’il est intègre et travailleur comme le président Mahamadou Issoufou. Le gouvernement a beaucoup fait pour nous. Les personnes vulnérables, les femmes, les enfants et les orphelins ont toujours bénéficié d’une attention particulière du pouvoir de Mahamadou Issoufou. Nous profitons, par exemple, d’un programme spécial qui nous offre des vivres chaque trimestre. Nous avons un centre de santé intégré où les femmes accouchent dans de bonnes conditions, avec une prise en charge totale et gratuite, même pour les malades du paludisme. Mais si j’ai l’opportunité de me retrouver en présence de Mohamed Bazoum, je lui demanderai de construire, pour Dan Issa, un grand hôpital bien équipé où seront pratiquées des interventions chirurgicales. De toute façon, moi j’ai déjà mon récépissé d’enrôlement et mon choix est clair: say Bazoum. C’est-à-dire, Bazoum ou rien.

Ismaël Ghoumar, éleveur, «Ce pouvoir a tout fait pour nous»

Je suis convaincu que s’il se présente à l’élection présidentielle, Mohamed Bazoum l’emportera. Comme le président Mahamadou Issoufou, c’est un travailleur, un homme intègre et un patriote. Avec lui, les conditions de vie des populations ne feront que s’améliorer, dans la continuité de l’action du président Issoufou. Ce pouvoir géré par le PNDS-Tarayya, dont je suis un militant depuis des décennies, a vraiment travaillé pour nous. Nous les éleveurs avons de l’eau pour nous-mêmes et surtout pour nos animaux. En tout cas, comme vous avez dû le constater, l’adhésion des populations pour le PNDS et aux idéaux de Mohamed Bazoum est très grande.

Aïchatou Sari Arzika, élève, «Il doit lutter contre le mariage forcé et précoce des filles»

Mohamed Bazoum, c’est simplement un grand homme et son passage ici est un grand honneur qu’il fait à la commune de Tibiri. Si Dieu lui donne le pouvoir, qu’il songe à nous faire des routes, des hôpitaux, des classes, des clôtures pour nos écoles dont il doit renforcer l’effectif des enseignants. Il doit œuvrer à relever le niveau de l’enseignement qui ne fait que baisser. De plus, son combat doit aller contre les mariages précoces et forcés, car nous les jeunes filles, nous voulons également continuer le plus loin possible, nos études pour occuper des places importantes dans la société. Je suis persuadée qu’une fille de 16 ans n’est pas assez mûre pour être une bonne femme au foyer. Pour tout cela, je souhaite une bonne chance à Mohamed Bazoum, et que 2021, soit une bonne année pour le Niger.

Laisser un commentaire