Accueil A la une NOUVEL AFRIQUE–NOUVELLE GENERATION/ «Qui n’est pas avec moi est contre moi: et...

NOUVEL AFRIQUE–NOUVELLE GENERATION/ «Qui n’est pas avec moi est contre moi: et vive la Démoncratie!»

Madina Tall

Les rancœurs dans les affaires d’État et le culte de la personnalité sont quelques caractéristiques de la démoncratie.

En effet, les partis politiques et les oppositions, avec à leur tête les dinosaures politiques, sont entachés d’une haine viscérale quand on sait que dans beaucoup de cas sur le continent, les alliés politiques d’hier deviennent les adversaires et les ennemies à éliminer d’aujourd’hui.

C’est une très fâcheuse compétition qui est ouverte où tous les coups sont permis.

Mais qu’en est–il lorsque le poulain d’hier veut devenir le collaborateur de son mentor ou pour les plus ambitieux le mentor de son mentor? Alors, bienvenue à la chasse à l’homme du 21è siècle en Afrique!

Il s’ensuit des débâcles judiciaires, économiques, moraux, politiques et souvent mystiques pour faire tomber les têtes de ceux qui s’érigent en concurrents des démoncrates.

Ses évènements entre les démoncrates et leurs concurrents poussent à s’interroger sur les causes de la démoncratie. Nous arrivons à la conclusion que les démoncrates prospèrent pour trois principales causes semblables à celles de la guerre: la peur, l’honneur et les intérêts.

Pourquoi donc tant de patrimonialisme et de cynisme alors que que la tendance dans les discours de nos vaillants chefs d’État est à l’alternance et le renouvellement de la classe politique?

Sans vouloir me contredire, cette dynamique s’apparente plus à une démagogie populaire produisant une démarche contre-productive de confrontation intergénérationnelle.

C’est dans ce cadre qu’intervient la démoncratie, sans phase transitoire au rajeunissement des classes ni de réelles perspectives au renouvellement de l’élite dirigeante dans un environnement de politique monétisée et de propagande de la politique passive.

Ne soyons pas étonnés que pullulent dans nos pays, des milliers de partis politiques sans lendemain probable, des alliances et coalitions de circonstances sur un champ politique inégal avec la domination de quelques partis seulement.

Cependant, la démoncratie s’est érigée en pratique hier par absentéisme d’une alternative sûre pour nos pays. Mais, elle ne deviendra plus certainement une coutume demain car la démoncratie fait face à de relatifs rejets qui sont déjà des victoires pour le présent; et la première richesse de l’Afrique qu’est la jeunesse ose dans l’entrepreneuriat et l’innovation politique.

Enfin, le peuple africain a évolué avec les discours du «Yes, we can» de l’Amérique, mais elle s’imposera aux rythmes africains du «Africa is back».

Tall Madina

Laisser un commentaire