Accueil Culture Ouagadougou: Alexandra Vetter permet à des artistes de magnifier la femme à...

Ouagadougou: Alexandra Vetter permet à des artistes de magnifier la femme à travers une exposition

Un tableau d'art

L’épouse du chef de la délégation de l’Union européenne, Alexandra Vetter, a organisé le vendredi 12 mars 2021, une exposition d’oeuvres d’art à Ouagadougou pour magnifier la femme à l’occasion du 8-Mars célébré dans le monde dans le but d’améliorer les conditions de vie et de travail de la femme.

L’exposition se tient dans l’ancienne résidence de l’ambassadeur de l’Union européenne sise à Koulouba au Centre-ville de la capitale burkinabè. Après avoir eu l’idée, Mme Vetter dit l’avoir partagée avec une amie artiste. Et c’est ainsi qu’elles vont réfléchir sur les conditions des artistes puisqu’avec la Covid-19, « c’est très difficile de survivre ». Alors son amie artiste va l’aider à faire la connaissance des autres artistes et c’est comme ça qu’elles vont organiser cette exposition autour de la journée du 8-Mars, c’est-à-dire la Journée internationale de la femme, célébrée avec faste au Burkina Faso à travers des thématiques bien ciblées et des activités récréatives.

Alexandra Vetter, promotrice de l’exposition Art 8 mars à Ouagadougou

« L’exposition exprime des choses allant dans le sens de la magnificence de la femme. Je suis très ravie de la culture burkinabè. C’est une richesse énorme. Je trouve qu’ici les artistes sont très ouverts et pour eux comme la société, les thèmes en lien avec la femme, sont très importants », a affirmé la promotrice de l’exposition Art du 8-Mars, ajoutant que « c’est avec plaisir » qu’elle vit cette exposition qui va permettre aux exposants de faire des affaires et de nouer des contacts.

C’est au total neuf artistes peintres et sculpteurs qui exposent dans l’ancienne résidence de l’UE a Ouagadougou avec plusieurs dizaines d’oeuvres. En plus, il y a de la danse et la musique qui accompagnent les visiteurs et exposants pendant tout l’événement. L’exposition qui a démarré hier continue tout en long de ce week-end, a dit l’initiatrice de l’évènement.

« Je trouve que c’est une belle initiative d’avoir organisé cette exposition qui permet de regrouper des artistes femmes mais aussi des hommes, parce que la plupart du temps, c’est souvent les hommes et pas les femmes. Là, elles sont à l’honneur », a apprécié Salimata Kaboré, artiste peintre, art thérapeute qui expose dans l’espace.

Madame Kaboré qui a tenue en haleine le public avec un poème qu’elle a déclamé pour rendre hommage aux nombreux efforts consentis par la femme africaine pour une société plus épanouie, « trouve que c’est bien de valoriser la culture et le travail des artistes qui se penchent sur un sujet de société, qui ont des messages à faire passer, qui de leurs façons défendent où essaient d’apporter quelque chose à la société par les tableaux, la sculpture, ils essaient d’apporter un message ou tout simplement de s’exprimer ».

Une vue du public suivant une danse de corps

Comme on est dans le mois de 8-Mars, « j’ai présenté des tableaux qui traitent de la femme. Il y a la femme universelle qui peut-être symbolique. C’est-à-dire la femme qui vient de partout, qui regarde le monde, qui a envie de changer les choses mais qui n’y arrive pas, qui garde espoir pour que sa situation s’améliore », a expliqué l’exposante. L’autre pan de mes tableaux traite de la mère et l’enfant. « On voit une évolution quand la mère est enceinte, quand l’enfant est petit il grandit.

Une sculpture

J’exprime aussi l’importance de la maman en tant que responsable pour toute la vie. Certains de mes tableaux portent sur (l’ex-père de la révolution burkinabè) Thomas Sankara parce qu’il a été quelqu’un de très important au Burkina Faso en ce qui concerne l’émancipation de la femme », a-t-elle poursuivi.

Salimata Kaboré a également présenté un poème : « Femme d’Afrique » qui valorise toutes les femmes du monde surtout celles africaines.

Tout l’espace de la cour et l’intérieur du bâtiment est paré des œuvres d’art de qualité qui rendent hommage à la femme.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire