Accueil A la une Ouagadougou: des conseillers boycottent une session municipale et exigent la démission de...

Ouagadougou: des conseillers boycottent une session municipale et exigent la démission de Béouindé

1207
0
Image utilisée à titre illustratif (Ph minute.bf)

Des conseillers municipaux de la ville de Ouagadougou ont boycotté, ce lundi 22 juin 2020, une session et exigé la démission du maire central de la capitale burkinabè, Roland Armand Pierre Béouindé, accusé de corruption dans une affaire d’achat de véhicules pour les mairies.

Une cinquantaine de manifestants, visiblement remontés, scandant des slogans hostiles au maire central, Armand Béouindé, ont protesté dans la matinée de ce lundi devant le Palais de Culture Jean-Pierre Guingané, où un dispositif sécuritaire a été déployé pour la tenue du conseil municipal. 

Les manifestants se disent choqués de la forte présence des agents de sécurité pour surveiller cette session. Le maire Béouindé «a-t-il peur qu’on aborde des questions embarrassantes», s’est interrogé le président du groupe municipal, Union pour le Progrès et le Changement (UPC, opposition), Alban Zoungrana, se disant «surpris». Ils se disent également victimes d’exclusion, car «seuls» leurs collègues du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP, parti au pouvoir), auraient accès à la salle.

Mais, ayant jugé une certaine limite franchie, les forces de l’ordre en position ont fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui seraient rentrés dans la salle polyvalente du Palais Jean-Pierre Guingané, pour empêcher la tenue de la rencontre.

La mairie de Ouagadougou a délocalisé sa session devant porter sur le « Compte administratif gestion 2019 et budget supplémentaire gestion 2020 ».

Selon des témoins, la réunion a pu finalement se tenir en présence de «134 conseillers sur 254». Selon toujours les mêmes sources, le quorum serait ainsi atteint. Ce qui a permis, malgré les mouvements de protestation, «l’adoption par acclamation du compte administratif gestion 2019 et budget supplémentaire gestion 2020».

Pour les manifestants, après les publications des journaux d’investigation sur l’achat à polémique de 77 véhicules et d’un enregistrement sonore où le maire voudrait s’attacher les services de certains juges pour taire le dossier judiciaire, le maire central, Armand Béouindé ne serait plus «légitime» pour gérer son poste.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire