Accueil Société Ouagadougou : double action « salutaire » de Nestlé à travers sa marque Maggi au...

Ouagadougou : double action « salutaire » de Nestlé à travers sa marque Maggi au marché de Pissy

1301
0
L'administrateur général et le maire de Ouaga, en compagnie des agents de Nestlé pour le lancement de l'opération

Débarrasser la ville de Ouagadougou et le Burkina Faso, tout entier, de ses déchets plastiques et, dans le même élan, faire œuvre utile avec ces sachets plastiques récoltés en les transformant en objets utilitaires comme les tables-bancs pour les écoles et des signalisations verticales pour la circulation (balises). C’est le sens du projet des agents de Nestlé à travers la marque Maggi, lancé le 6 mars au marché de Pissy, un quartier situé dans la partie ouest de la capitale.

L’administrateur général de Nestlé a expliqué le sens de cette action

L’administrateur général de Nestlé Burkina, Bruno Karim El Kasri, a fait savoir que cette opération de « ramassage et de tri des déchets plastiques se fera de façon trimestrielle sur les dix plus gros marchés de la ville de Ouagadougou avant de l’étendre dans les autres villes du pays ».

Le maire de Ouagadougou a salué l’action de Nestlé

Le maire de Ouagadougou, Armand Pierre Béouindé, a reconnu le bien- fondé de cette action de Nestlé à travers à travers sa marque Maggi. : « Encore une fois, Nestlé Burkina a montré qu’elle est consciente de sa responsabilité citoyenne, en intervenant à l’occasion des festivités du 8-Mars au marché de Pissy, pour la sensibilisation en faveur de la salubrité publique ».

Ces bancs et balises ont été confectionnés avec du plastique recyclé

Il explique que l’axe de sensibilisation, cette année, est zéro sachet plastique dans nos marchés.

Aussi, M. Béounindé estime que « le sachet est un fléau dangereux ».

Signalons que ces activités entrant dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Femme se poursuit ces 7 mars, avec une cours cycliste à Pissy et le 8 mars avec un djandjoba à l’espace de la mairie de Bogodogo.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire