Accueil A la une «Près de 5 000 milliards de cigarettes» consommées par an contribuent «à...

«Près de 5 000 milliards de cigarettes» consommées par an contribuent «à plus de 8 millions de décès» (Rapport)

Dans un rapport, «La septième édition de l’Atlas du tabac» (The Tobacco Atlas), publié, le mercredi 18 mai 2022 par Vital Strategies et l’équipe Tobacconomics de l’Université de l’Illinois à Chicago (UIC), il ressort que «près de 5 000 milliards de cigarettes sont consommées chaque année, contribuant à plus de 8 millions de décès et à près de 2 000 milliards de dollars de dommages économiques». Le lundi 16 mai dernier un briefing sur le rapport a été fait au profit des hommes de médias.

Elles sont plus d’un milliard de personnes à consommer le tabac, selon la septième édition de l’Atlas du tabac, rendue publique le mercredi 18 mai 2022. Il ressort de ce document que «près de 5 000 milliards de cigarettes sont consommées chaque année, contribuant à plus de 8 millions de décès et à près de 2 000 milliards de dollars de dommages économiques».

Le rapport indique que «rien qu’en 2019, l’usage du tabac a causé plus de 8,67 millions de décès dans le monde (6,53 millions d’hommes, 2,14 millions de femmes) et environ 2 000 milliards de dollars de dommages économiques» et «la plupart des décès étaient attribuables au tabagisme, mais 1,3 million sont morts de l’exposition à la fumée secondaire». «En 2019, près de la moitié de tous les décès liés au tabac sont survenus dans des pays dont l’indice de développement humain est élevé. Cependant, les décès dus aux maladies liées au tabac devraient augmenter dans les années à venir dans les pays à faible indice de développement humain, car les fumeurs d’aujourd’hui tombent malades et meurent», poursuit le document.

La consommation de tabac chez les jeunes (filles et/ou garçons) a «augmenté dans 63 des 135 pays étudiés, et aujourd’hui plus de 50 millions de jeunes de 13 à 15 ans fument des cigarettes ou utilisent des produits du tabac sans fumée», souligne le rapport qui affirme qu’actuellement, les pays où la prévalence du tabagisme chez les jeunes est la plus élevée, ont généralement un indice de développement humain plus faible.

Faisant le constat que les interventions réglementaires, notamment les taxes sur le tabac, l’interdiction de fumer dans des espaces publics, les restrictions d’accès et l’éducation, contribuent à protéger davantage des personnes contre les effets du tabac, les auteurs du rapport invitent donc à les durcir afin de faire face à «une industrie dont les bénéfices bruts ont grimpé à au moins 60 milliards de dollars américains en 2020».

«Le progrès mondial est menacé par l’augmentation des taux de tabagisme chez les enfants âgés de 13 à 15 ans dans de nombreux pays et par les tactiques de l’industrie du tabac telles que le ciblage des pays les plus pauvres avec des environnements réglementaires faibles et la promotion de nouveaux produits sur des marchés jusque-là inexploités», soutient le rapport qui révèle également que «l’industrie du tabac a pleinement profité de la pandémie de COVID-19». «Alors que les pays détournaient leur attention sur la crise, les grandes sociétés de tabac en ont profité pour augmenter leurs parts de marché, attirer de nouveaux clients, fidéliser les fumeurs et polir leur réputation d’entreprise», poursuit le document.

«L’Atlas du tabac est un avertissement à tous ceux qui se soucient de la santé mondiale et du développement économique», a déclaré Jeffrey Drope, professeur de recherche en santé publique à l’Université de l’Illinois à Chicago au cours de la conférence de presse. Pour lui, «un effort urgent et soutenu est nécessaire pour réglementer de manière agressive cette industrie nuisible et ses produits afin d’accélérer la fin des cigarettes en tant que produit de consommation de masse, de sauver des centaines de millions de vies et de stimuler la croissance économique».

Selon Nandita Murukutla, vice-présidente de la recherche chez Vital Strategies, les pays qui veulent se redresser, doivent avoir comme priorité la lutte antitabac. Elle a, par ailleurs, invité à plus de campagnes médiatiques dans le but de remodeler les normes sociales et inciter des millions de personnes à arrêter de fumer.

The Tobacco Atlas, publié pour la première fois en 2002, utilise des graphiques et une visualisation des données pour décrire l’ampleur de l’épidémie de tabagisme et donner vie aux dernières données évaluées par des pairs. Il indique où des progrès ont été réalisés dans la lutte antitabac et détaille les derniers produits et tactiques déployés par l’industrie du tabac pour accroître ses bénéfices et retarder ou faire dérailler les efforts de lutte antitabac.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire