Accueil Politique Présidence UPCI: Bala Sakandé place son mandat sous le signe de «l’unité et...

Présidence UPCI: Bala Sakandé place son mandat sous le signe de «l’unité et de l’action»

Le président du parlement burkinabè, Alassane Bala Sakandé, élu président de l’Union parlementaire des Etats-membres de l’organisation de la coopération islamique (UPCI), à la 15ème session de l’organisation tenue du 26 au 30 janvier 2020 à OUagadougou, a dit placer son mandat d’une année, sous le signe de «l’unité, de la réconciliation, de la cohésion et de l’action».

Devant plus de 400 délégués présents à la clôture de la 15è session qui coïncide avec les 20 ans de l’UPCI, le président de l’Assemblée burkinabè, Alassane Bala Sakandé, a décliné trois axes majeurs pour mettre en œuvre son ambition qui vise, entre autres, à rapprocher plus l’institution des peuples et à donner une célérité à l’application des programmes d’actions.

«C’est en toute humilité que j’ai reçu le témoin de ma nouvelle charge. Mais les rêves que je nourris pour notre organisation ne sont pas moins ambitieux. Sans pour autant être exhaustif, je me permets de décliner trois axes majeurs de mon mandat», a affirmé le nouveau président de l’UPCI. Premièrement, la volonté de M. Sakandé est de «renforcer la synergie d’action» entre le secrétariat général et la présidence de l’UPCI. «Cet impératif vise à donner plus de célérité à la mise en œuvre de nos programmes d’actions», a-t-il expliqué.

Deuxièmement, l’équipe de Bala Sakandé travaillera à «rapprocher véritablement l’UPCI (des) peuples dont elle tire toute sa légitimité et toute sa raison d’être». Pour cela, le président de l’institution parlementaire qui regroupe 54 pays, misera sur «des politiques volontaristes (pour) poser des actions concrètes conformes aux attentes (des) populations. C’est la seule manière de parvenir à une UPCI des peuples», pense-t-il.

Enfin, Alassane Bala Sakandé souhaite que l’UPCI crée « les conditions d’une véritable fraternité entre tous les Etats membres qui a souffert et continue de souffrir (des) différentes dissensions ». « C’est la seule manière de garantir une meilleure cohésion au sein de la Oumma », a-t-il justifié.

Le président du parlement burkinabè s’est particulièrement réjoui de la tenue de cette 15è session de l’UPCI au Burkina, malgré les menaces terroristes dont fait face le pays. «Que dire de plus, face au témoignage d’amitié, de solidarité et de fraternité que vous avez manifesté à travers cette conférence ? Que dire de plus après ce beau message que vous avez émis en direction de tous ceux qui entretiennent, par ignorance ou par méprise, un amalgame entre islam et terrorisme ? Que dire de plus après cette image d’unité et de vouloir-vivre et agir-ensemble que nous avons renvoyée à nous-mêmes pour nous inciter à aller au-delà des apparences et des mirages ? », s’est-il interrogé.

Pour lui, «la seule réponse qui convient à toutes ces questions se résume en un mot : merci !».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire