Accueil Monde Présidentielle au Niger: Bazoum…et les autres!

Présidentielle au Niger: Bazoum…et les autres!

C’est une foule impressionnante qui répond toujours aux rendez-vous de Mohamed Bazoum

Les élections, législatives et présidentielle couplées, de ce dimanche 27 décembre, cristallisent l’actualité dans un Niger, où, presque tout est à l’arrêt, résurgence du Covid-19 oblige. Le président et candidat du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya), fidèle à son engagement du «Niger d’abord et Niger toujours», a mis fin, un jour plus tôt à sa campagne électorale de foule, qu’il devait clore, ce vendredi, par un giga meeting au stade Seyni Kountché de Niamey. Mais la cour assidue aux électeurs continue au niveau de tous les états-majors politiques. Dans dans cet exercice, le champion du parti rose tient la corde, et ses partisans croient dur comme fer, à la victoire dès le premier tour de ces élections qui se dérouleront sous le regard des nombreux observateurs locaux et étrangers présents sur le territoire national.

 

Si je suis élu président, insh allahou!

Le «coup KO» en téléchargement

«Le coup KO est en téléchargement», est convaincu Ibrahim, qui nous amenait faire nos réservations d’avion pour le retour sur Ouagadougou. «Je ne vois pas ce qui peut empêcher le PNDS-Tarayya et son candidat, Mohamed Bazoum, de clouer le bec à tous leurs adversaires qui, malgré le désistement de certains au profit d’autres, ne pèseront pas grand-chose dans ce double scrutin». Sa conviction est renforcée par la «proximité de Mohamed Bazoum avec les populations des quatre coins du Niger», mais surtout «la consistance et la pertinence de son programme qui prend en compte tous les secteurs, notamment, la sécurité, la santé, l’éducation, l’économie, l’eau, les routes, la poursuite de l’initiative «les Nigériens Nourrissent les Nigériens» du président Mahamadou Issoufou», etc. Alors que, toujours selon Ibrahim, «des candidats ont tourné le dos à certaines régions pour des raisons x ou y, le président du PNDS-Tarayya, de la tournée de proximité à la campagne électorale, est allé vivre le quotidien réel de ses concitoyens, empruntant les routes les plus difficiles et affrontant diverses menaces liées aux attaques terroristes et au grand banditisme.

Le Covid-19 a gâté le show

Le méga concert annulé

Pour finir en beauté sa campagne électorale, le PNDS-Tarayya, à l’occasion de son giga meeting, avait prévu un non moins giga concert, dans la cuvette géante du stade Seyni Kountché de Niamey. Ce cadeau de Noël que comptait offrir le candidat Mohamed Bazoum aux populations, a été, cependant, annulé, compte tenu des mesures de restriction, prises par le gouvernement, pour freiner la propagation du Covid-19, qui connaît une forte poussée, au Niger, tout comme dans la plupart des pays africains, et ailleurs dans le monde. Une annulation dans l’intérêt des populations, mais qui n’est pas sans provoquer, du regret au sein d’une jeunesse, qui était mobilisée, pour sa rencontre avec «B21», mais aussi pour faire le show avec des artistes locaux et internationaux très en vogue. En effet, avec la célèbre troupe Albichir de Tchiro, Davido, Inoss’B, Nazir, Rarara, et Bombino, plusieurs autres vedettes de la chanson, avaient promis d’électriser le stade, le giga meeting, selon les mobilisateurs en chef du PNDS-Tarayya, étant prévu «pour galvaniser davantage les troupes pour la victoire finale et écrasante» de leur parti, «dès le soir du dimanche 27 décembre».

En attendant, dans les villes et campagnes du Niger, toutes les surfaces autorisées sont mises à profit par les militants du PNDS-Tarayya, pour dire: «saï Bazoum», c’est-à-dire, «c’est Bazoum qu’il nous faut».

Mon choix c’est Mohamed Bazoum

Par Morin YAMONGBE, à Niamey

 

Laisser un commentaire