Accueil A la une Présidentielle au Togo: le «coup KO» de Faure ou le «changement» des...

Présidentielle au Togo: le «coup KO» de Faure ou le «changement» des 6?

954
0
Appel à une élection apaisée (Ph wakatsera.com)

«Nous aurons un samedi Faure et nous allons assener le coup KO à l’opposition pour que notre cher Togo soit fort!» Ainsi parlait le ministre togolais, Gilbert Bawara, celui qui ne parle que pour louer les actions de celui qu’il n’appelle que par «le président», Faure Gnassingbé pour ne pas le nommer. C’était ce jeudi 20 février 2020, sur la grande place du quartier Agoué centre, devant une foule blanc-bleu, la couleur de l’Unir, l’Union pour la République, le parti au pouvoir, en route pour la reconquête du pouvoir. «Un coup KO», répète alors en chœur l’assistance pour laquelle l’endroit, bien que vaste, était devenu trop petit. Les remerciements à l’endroit de Faure Gnassingbé pour les progrès accomplis au profit de la jeunesse, les mesures importantes prises par le président du Togo pour la gratuité des soins, les initiatives en faveur du monde agricole et de l’éducation, etc., ont ponctué le discours entrecoupés d’applaudissements nourris d’une foule qui a réaffirmé, séance tenante que le «coup Ko» est assuré pour son «champion», Faure Gnassingbé. Mais, vêtus de tee-shirts et chemises de couleur orange, gonflés à bloc derrière celui à qui il voudrait confier le destin de leur pays, les supporters du candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) ont formé un long cortège autour de Jean-Pierre Fabre, pour crier et exiger le «changement». Ils étaient nombreux sur une des voies du boulevard «deux lions», autour de l’opposant historique, debout dans une voiture au toit ouvert, saluant déjà comme un…président de la république.

Ce sont sans doute, deux des images fortes de cette dernière journée d’une campagne électorale de deux semaines qui a envoyé à la chasse aux électeurs, les six candidats de l’opposition qui visent tous le fauteuil suprême, qu’occupe l’actuel locataire, Faure Gnassingbé, candidat à sa propre succession». S’il faut louer l’esprit plus ou moins ouvert de la campagne qui, selon les avis des agents de la Fosep, la force spéciale en charge de la sécurité des joutes électorales, il faut émettre le vœu d’avoir un scrutin démocratique. C’est, du reste, le souhait de tous ces Togolais qui ont affirmé en avoir marre des «élections de violences» qui ont longtemps relégué leur pays aux derniers rangs de la course au développement sur le continent. Et comme s’ils attendaient tous le deadline pour montrer pour qui bat leur cœur, les Togolais, en voiture, à motos ou simplement à pied ont sorti drapeaux et banderoles pour montrer clairement pour bat leur cœur. Certes, Agbéyomé Kodjo, Aimé Tchabouré Gogué, George-William Assiongbon Kouessan, Komi Wolou, et Mohamed Tchassona Traoré, gardent toutes leurs chances dans cette compétition, mais le match risque de se jouer essentiellement entre Faure Gnassingbé et son opposant historique, Jean Pierre Fabre. L’opposition qui est loin d’avoir dit son dernier mot, part tout de même avec ce désavantage certain de provoquer l’émiettement des voix dans son camp, toute chose qui devrait permettre à Faure Gnassingbé de réussir son coup KO. Car,dans le camp du pouvoir qui ne cesse d’annoncer une élection ouverte ou aucune place ne sera laissée à la fraude, on craint tout de même de se retrouver dans un schéma de second tour où les opposants pourraient se donner la main pour renverser la tendance. Les 9 300 bureaux de vote seront prêts pour accueillir les 3,6 millions d’électeurs potentiels attendus sur l’ensemble du territoire national, malgré une forte menace d’attaques djihadistes évoquées par le président Faure Gnassingbé.

Rendez-vous est désormais pris pour le samedi 22 février 2020 pour vivre cette élection rendue inédite par le pouvoir de Faure Gnassingbé qui, par les révisions constitutionnelles, certes réclamées par le peuple, permet un second tour et limite à deux le mandat présidentiel qui était, à une époque récente illimitée et soumis à un scrutin fermé d’un tour. Faure Gnassingbé réussira-t-il son pari du «coup KO»? Les urnes en décideront et le taux de participation de cette élection sera très scruté et ceci sous la surveillance de près de 3 000 observateurs, internationaux comme locaux.

Par Wakat Séra    

Laisser un commentaire