Accueil A la une Présidentielle ivoirienne: le Lion couché, qui tirera le RHDP?

Présidentielle ivoirienne: le Lion couché, qui tirera le RHDP?

Amadou Gon Coulibaly a eu les honneurs dus à son rang (Ph. news.abidjan.net)

Le Lion de Korhogo est couché depuis le 8 juillet dernier. Après ce funeste mercredi qui a endeuillé toute la Côte d’Ivoire et même une bonne partie de l’Afrique politique qui reconnaît les mérites de Amadou Gon Coulibaly, le deuil s’est installé. Des hommages ont été rendus au Premier ministre ivoirien, par toutes les couches sociales de ce pays qu’il a servi avec dévouement. Des chefs d’Etat, notamment le Togolais, Faure Gnassingbé et le Sénégalais, Macky Sall étaient personnellement aux côtés de leur homologue ivoirien inconsolable. Mais AGC, c’était aussi le «fils» de Alassane Ouattara qui en a fait son dauphin et l’a imposé à son parti, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), comme candidat à la présidentielle d’octobre 2020.

Le chef de l’Etat ivoirien qui se retrouve actuellement, sans Premier ministre, avec la mort de Amadou Gon Coulibaly, sans vice-président avec la démission de Daniel Kablan Duncan est aussi bien dans l’embarras que le RHDP qui n’a plus de candidat à l’élection présidentielle qui approche à pas de géant. Il n’y a donc plus de temps à perdre au RHDP et surtout pour Alassane Ouattara qui a tout misé sur son «fils» pour qui il compte descendre dans l’arène lors de la campagne électorale. Malheureusement, au lieu de le soutenir dans ses meetings qui s’annonçaient de haut vol, le «père» a dû accompagner le «fils», impuissant, à sa dernière demeure.

Maintenant que le Lion de Korhogo a rejoint sa dernière tanière, avec les honneurs dus au rang de grand homme qu’il a été pour la Côte d’Ivoire, la politique reprendra tous ses droits et le RHDP, qui n’avait pas prévu de plan B, à côté de la désignation de Feu Amadou Gon Coulibaly comme son porte-étendard pour la prochaine joute présidentielle, devra lui trouver un remplaçant au plus vite. A moins que dans un scénario de revirement, et de reniement de sa parole donnée, Alassane Ouattara redescende dans l’arène pour la course à sa propre succession.

Et ça, ce sera une autre paire de manches. Comment réagiront l’opposition politique, la société civile et surtout les partenaires internationaux traditionnels de la Côte d’Ivoire qui scrutent de très près la situation en Guinée voisine où il est prêté à Alpha Condé, le désir de tenter un troisième mandat présidentiel?  Même dans son propre camp, Alassane Ouattara risque de se buter aux ambitions de jeunes loups qui peuvent facilement perdre patience, à force de mâcher le mors, en attendant éternellement dans l’antichambre du pouvoir.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire