Accueil A la une Procès putsch manqué: «Certains attendent la justice, d’autres la vengeance»

Procès putsch manqué: «Certains attendent la justice, d’autres la vengeance»

1464
1
Des accusés dans le dossier du putsch de 2015

Les avocats du général Gilbert Diendéré qui ont poursuivi, ce jeudi 1er août 2019, leurs plaidoiries devant la tribunal en charge du dossier du putsch manqué de 2015, ont demandé l’acquitement de leur client, pour infractions non constituées.

Après avoir soutenu, à l’audience du lundi 29 juillet 2019, que leur client, le général Gilbert Diendéré n’a ni organisé ni commandité l’attentat à la sûreté de l’Etat et demandé son acquittement, les avocats soignant ses intérêts ont indiqué qu’il n’y a pas d’éléments en charge, contre lui dans les autres faits à lui reprochés.

« Qui le général Gilbert Diendéré a tué », s’est interrogée Me Maria Kanyili, un de ses avocats qui s’exprimait sur les infractions de meurtre, coups et blessures volontaires. « Moi, je ne sais pas », a-t-elle répondu, notant que le tribunal non plus n’en sait pas.

Pour elle, en ce qui concerne ces infractions, le dossier est vide. Elle soutient que dans les vidéos visionnées, « nulle part on n’a vu le général Gilbert Diendéré en train de commettre un meurtre ». De même, selon elle, le parquet, jusque là, n’a pas prouvé matériellement la culpabilité de son client.

Pour Me Kanyili, le tribunal devrait s’inspirer de la jurisprudence de la Cour pénale internationale au sujet du dossier Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, en acquittant le général Diendéré.

Me Latif Dabo, Me Olivier Yelkouni et Me Mathieu Somé ont également soutenu la thèse de Me Kanyili, pour montrer que leur client n’a ni tué, ni blessé, ni incité quelqu’un, ni trahi le Burkina, dans cette histoire de coup d’Etat.

« Aucune pièce du dossier n’établit que le général a incité un militaire à la commission d’actes contraires à la discipline et au règlement », a affirmé Me Dabo pour qui cette infraction n’est pas constituée.

Selon Me Yelkouni qui a plaidé principalement sur l’infraction de trahison, « aucun argument avancé par les uns et les autres », pour montrer la culpabilité du général Diendéré, « ne peut prospérer ». L’avocat a alors soutenu indiquant qu’il ne ressort nulle part que son client a sollicité ou accepté un renfort en homme d’une puissance étrangère.

« M. le président, votre tache est difficile car pendant que d’autres attendent de vous la justice d’autres attendent la vengeance », a dit Me Yelkouni qui conclu que le tribunal doit dire le droit. « Et en droit ce qui n’est pas prouvé n’existe pas », a-t-il poursuivi, demandant l’acquittement de son client, « sans peine ni de dépens ».

L’audience a été suspendue vers 14h50. Elle reprendra demain vendredi 2 juillet 2019.

Par Daouda ZONGO

1 Commentaire

  1. Voilà des avocats mails inspirés qui s’inspirent du cas Gbagbo-blé goudé, oubliant le fait que ce sont des donneurs d’ordres.
    Le tribunal n’est pas bête et le peuple qui attend impatiemment ce verdict non plus. Rien que le passé lugubre de ce fameux général suffit déjà de savoir qui est le responsable de ce coup d’état bête qui a occasionné la mort d’innocentes personnes, les blessés, le ralentissement des institutions,….. .
    Je suis convaincu que si ses avocats avaient 1 parent proche tombé ce jour là, on ne les verrait pas en train de le défendre.

Laisser un commentaire